Accueil / Actualité / Fiscalité, généreux mais revêche, l’étrange état d’esprit toujours dominant de Bercy.

Fiscalité, généreux mais revêche, l’étrange état d’esprit toujours dominant de Bercy.

Les citoyens de l’hexagone, nos clients ou confrères, ont eu cette semaine au moins trois bonnes raisons de s’étrangler de rire ou de dépit.

DVSM, 5 avril 2020. Nos concitoyens, comme les habitants de la moitié de la planète, vivent un moment pour le moins difficile. Crainte légitime de tomber malade, angoisse économique pour tous, l’heure n’est surtout pas à leur enfoncer le moral. Et pourtant, c’est à croire que, par bêtise ou par une hypothétique méchanceté, certains, au presque plus haut de l’Etat, se sentent investis d’une mission contraire.

Première raison de s’étonner, l’annonce par un Ministre du Budget (sécurisé dans son parcours politique puisque municipalement réélu) du report… d’une semaine accordé aux citoyens pour leurs déclarations d’impôts. Cette semaine presque présentée comme sept jours de bon cœur n’est pas loin du pied de nez. Aucun report et aucune déclaration sur le sujet auraient été préférables. Au moment où tout très collectivement ainsi que dans la vie de chacun se voit reporté de plusieurs semaines au minimum, cette fleur d’un printemps pas comme les autres n’aurait pas été visible comme elle le devient soudain. Bien sûr, on imagine les mille et une explications parfaitement fondées qui pourraient servir d’alibi aux décisionnaires de cette mesure. Il en reste un constat : voilà qui démontre le talent du champion du monde de la fiscalité théorique et appliquée dont notre pays est solidement détenteur.

Seconde raison irritante, qui n’est pas étrangère à la première, la seule véritable réussite de l’Etat de cette crise. Mauvais sur les masques, sur le gel désinfectant, sur les gants, sur les tests, pas très bon sur le registre de la vérité, reconnaissons cette parfaite réussite, celle des amendes. Avec un petit brin de triomphalisme mal dissimulé dans certains commentaires. Faute de pouvoir circuler, les Français échappent-ils aux radars ? Le supposé (et parfois très réel et coupable) non-respect du confinement n’est pas gratuit. Pas loin de 400.000 de ces amendes avaient été dressées en milieu de semaine, soit une recette de l’ordre de 54 millions d’euros. Et si, tendance oblige, le cap des 500.000 PV est franchi, c’est plus de 67 millions d’euros qui iront dans les caisses. Un vrai petit jackpot…!

Troisième raison qui dérange, et coiffe les deux autres, avec une affirmation qui laisse filtrer une véritable interrogation. Certains croient-ils définitivement que leurs concitoyens sont des idiots…? La facture de la crise, affirme-t-on, ne sera pas payée par les impôts. Mais alors, le Saint Esprit serait-il en liaison intime avec Bercy…? Que la dette contractée lors de l’épreuve présente soit étalée, qu’elle soit épongée en partie par une légère inflation, que des ficelles soient imaginées pour en atténuer les effets, soit. Mais il faut se rendre à l’évidence, pas un pays, pas un organisme, pas un dieu bienfaiteur ne comblera les trous que l’Etat engage, à très juste titre, pour enrayer l’effondrement de notre économie.

Source DVSM

A voir

AUTONOMY, le salon international des solutions de mobilité durable se tiendra les 4 & 5 novembre prochains, en format 100% digital

Le plus grand salon international des solutions de mobilité durable pour les professionnels...