Accueil / Actualité / Football, BeIN Sports : une douche froide à prendre très au sérieux…?

Football, BeIN Sports : une douche froide à prendre très au sérieux…?

Fatigués du foot…? Des défections d’abonnés en quantité seraient enregistrées par BeIN Sports, perdant presque « d’un coup » (une saison) 20% de ses clients.

 DVSM, 09 août 2019. A vrai dire, des signes d’une moindre motivation des foules pour le ballon rond étaient peut-être à déceler depuis quelques temps, à la lumière d’indices révélateurs discrets. Mais selon ce que Libération aurait détecté dans les comptes de l’opérateur, information reprise par d’autres médias, dont le très énergique blog de Jean-Marc Morandini, et si bien sûr ces informations sont confirmées, nous ne serions plus dans des « indices discrets », mais dans un repli colossal, les abonnés de BeIN Sports passant de 4 à 3,2 millions. Des données qui demandent à être confirmées, car elles reviennent à voir une disparition de 20% des effectifs d’amateurs, lesquels avaient beaucoup progressé à l’occasion du Mondial de 2018.

Ce sport, et d’autres, qui furent la martingale gagnante de tout l’univers de la télévision payante (laquelle régresse sur tous les territoires occidentaux) en arrivent à indiquer que les acteurs de ce secteur doivent songer à des modèles différents. Nous avons souvent évoqué notre conviction selon laquelle un vaste public, qui n’est pas assimilable aux passionnés absolus du football (ou de la Formule-1, autre exemple), serait probablement plus ouvert à des accès à la séance. On veut bien payer pour voir un grand événement, mais ce dernier n’implique plus une adhésion perpétuelle. Les candidats à un abonnement annuel, avec en outre d’autres contenus pas forcément très convoités par l’utilisateur, mais indissociables de bouquets ou forfaits verrouillés, ne peuvent que devenir plus rares. Dans cette évolution, il faut voir l’influence des sources permettant des accès unitaires très souples, sans engagement, à certains contenus, tendance lourde désormais bien identifiée. En outre, rien ne démontre que des sports qui ont été très porteurs il y a 20, 30 ou 40 ans le resteront pour toujours. Alors, accident de parcours, ou changement d’époque…? Un peu les deux, cap’tain…?

Source DVSM

A voir

Enceintes connectées, vrai succès ou optimisme un peu forcé sur le sujet…?

On ne parle que d'elles (ou d'eux, si qualifiés d'assistants vocaux...) et pourtant, leur taux de possession restait assez modeste, à la veille de l'été....