Accueil / Actualité / Fraîcheur chez Free, l’arroseur serait-il devenu l’arrosé…?

Fraîcheur chez Free, l’arroseur serait-il devenu l’arrosé…?

L’enfant terrible des opérateurs de téléphonie a, voici quelques années, provoqué un énorme séisme dans le monde des télécoms mobiles en France. Serait-il aujourd’hui victime d’une réplique inquiétante…?

 DVSM, septembre 2018 – « Plus on s’approche du gratuit, plus le marché est grand… » Cette vieille maxime, bien connue de tous ceux qui vendent quelque chose, remonterait-elle à la surface…? Le quotidien économique Les Echos met aujourd’hui soudain en lumière une situation qui devrait étonner de nombreux observateurs, à l’exception sans doute du milieu intime des FAI et de la téléphonie. En résumé, le quotidien souligne pour Free une perte importante de clients (200.000 en quelques mois), des recettes qui s’effritent et une très sévère érosion de la valeur boursière du groupe Illiad, que seule compense un maintien de la profitabilité dans quelques activités, plus liées aux évolutions techniques et de terrain qu’à une stratégie commerciale réussie.

Tout cela est naturellement insuffisant pour considérer que les jours du trublion seraient en danger. En revanche, il y a matière à réfléchir sur un thème classique. Comment poursuivre une aventure menée d’une manière un tantinet provocante au cœur d’un marché aussi euphorique qu’effervescent lorsque la stabilisation et l’équilibrage des forces en présence devient réalité…? Passée l’onde de choc de 2012, l’opérateur sans boutique ou presque en a désormais quelques unes*, ses concurrents un peu moins. Les contrats à prix bas traités en ligne et donc au moindre coût existent sous toutes les chapelles. Ainsi sont posées les principales données du problème. Face auquel il convient de réagir vite, mais sans précipitation, et selon une stratégie dont la pertinence du moment n’est peut-être pas celle de demain… A suivre…

* Environ une cinquantaine, ce qui reste une charge très modeste, comparé aux centaines d’établissements encore exploités par chacun des trois opérateurs « historiques ».

Source DVSM

A voir

Fournitures survoltée et plein gaz chez Saturn et MédiaMarkt…

Que la distribution fournisse de l'électricité n'est pas… courant. Et du gaz, encore moins...