Accueil / Actualité / France : un premier semestre 2021 plutôt bien orienté pour l’univers EGP, IT, et Télécoms.

France : un premier semestre 2021 plutôt bien orienté pour l’univers EGP, IT, et Télécoms.

Dans un paysage où les repères sont devenus incertains, les chiffres des 6 premiers mois de l’année semblent très encourageants. Après une période sous influence virale, une ambiance plus sereine apporte son potentiel de réconfort.

 DVSM, 21 septembre 2021. On ne respire plus, chacun retenant son souffle. Pour un moment que l’on espère long, voire éternel, le virus se fait discret. Grand merci à lui pour le dernier jour d’un été qui ne restera pas parmi les meilleurs au chapitre des souvenirs. Entre pass sanitaire et intempéries à répétition, les effets sur le trafic et le CA ont vécu dans une logique inquiétude. Cependant, il est clair que le début de 2021 est quand même revenu sur un registre nettement moins dégradé que celui de 2020. Les ménages ont retrouvé les voies de l’équipement, avec des scores positifs, qu’il faudra quand même prendre avec une légère prudence. Dans toute progression suivant un repli, un effet de rattrapage peut altérer les évolutions du temps long. Selon les chiffres avancés par GfK, les recettes de ce qui entre dans le périmètre « équipement de la maison »* électroménager inclus, ont progressé de 17%, culminant à 13,6 milliards d’euros. Dans ce total, 8,4 milliards ont été dépensés par les clients utilisateurs pour ce qui s’inscrit dans les familles électronique et numérique

Confirmant le croisement entre évolutions qui sont délicates à décrypter, la belle progression apparente du créneau des télécoms est cependant à considérer au regard d’un repli de 5% par rapport aux données de 2019. Pour sa part, le CA du téléviseur au premier semestre 2021 s’élève à 1,022 milliard d’euros (en progression de 24,3%). « La TV est (et reste) l’écran central du foyer, avec une notion esthétique de plus en plus importante, en sus de disposer des dernières technologies « , commente Pierre Geismar, Market Intelligence Lead, GfK. Avec un prix moyen qui s’était replié de 10 euros début 2020, mais qui grimpe de 22%, à 258 euros, les 1,935 million d’unités vendues au public durant les 6 premiers mois de cette année permettent d’anticiper un niveau annuel relativement conforme à la taille du territoire et au nombre de ses logements. Toutefois, le profil des acquisitions évolue grâce à ce prix moyen en progression, mais à tempérer en fonction d’un autre phénomène. « Les ventes du premier semestre 2020 ont compté de nombreux « petits écrans », vendus majoritairement en GSA, pour équiper une résidence secondaire réinvestie en télétravail ou à des primo-équipés, étudiants ou jeunes travailleurs, se dotant d’un second écran en plus de leur PC pour profiter d’une meilleure expérience pour le cinéma, les séries ou le jeu en ligne. » ajoute en substance Pierre Geismar.

Dans des créneaux plus modestes, des progressions en valeur sont encore à mentionner, comme les assez spectaculaires +71% des montres et bracelets, et +53% enregistrés sur les webcams, ce dernier élément étant à rapprocher des besoins liés aux communications vidéo entre individus ou pour le télétravail.

* Un ensemble de dépenses vu sous une optique un peu restrictive. Le meuble n’est pas retenu dans cette définition par la société statisticienne, pas plus que les produits de bricolage et décoration, voire le jardin, autant de dépenses qui peuvent aller jusqu’à imposer des arbitrages, en fonction des nécessités et des motivations. Comme un choix entre un nouveau smartphone ou… un robot de tonte de la pelouse….

** « Electronique grand public ». Pas facile de déterminer des frontières dans les définitions de marché, alors que l’univers numérique mélange ce dont le foyer (téléviseur, par exemple) se dote et ce qui relève de l’équipement de l’individu (smartphone).

Source DVSM

A voir

L’impact de l’IA dans le e-commerce B2B : limites et alternatives

L'intelligence artificielle joue un rôle clé dans les plans de transformation numérique.