Accueil / Actualité / FREE, une histoire belge qui donne déjà le frisson à certains…

FREE, une histoire belge qui donne déjà le frisson à certains…

Notre voisin du pays de Jacques Brel est dans une atmosphère téléphonique qui n’est pas sans rappeler celle que nous avons connue il y a quelques années.

DVSM, juin 2018. Les ministres ont tous les mêmes défauts. Ils ne voient guère plus loin que le bout de leurs initiatives. On se rappelle de cette volonté qu’en France, nos plus hauts responsables manifestaient avec impatience à propos d’un quatrième opérateur. Si possible casseur de prix. Le marché affichant déjà « complet » ou presque (tous les individus susceptibles d’avoir un mobile en étaient dotés), et les opérateurs redoutaient une épouvantable bourrasque, avec perte de clients, de CA, et autres dommages. La bourrasque est arrivée. Les cicatrices en sont encore visibles. En Belgique, un ministre responsable des télécommunications caresse aujourd’hui un même dessein, consistant à ouvrir la voie à un quatrième larron, pour (notamment) faire baisser les prix. Et ce probable nouveau venu n’est autre que… Free…!

Avec 11,4 millions d’âmes, le territoire belge n’est pas du même calibre que l’Hexagone. Il représente tout juste notre région parisienne. Mais les opérateurs, et Free en particulier, cherchent à élargir l’assiette de leur fonds de commerce. Même à travers de petits morceaux de puzzle. Et pourtant, paradoxalement, l’Europe des télécoms apparaît comme particulièrement et dangereusement morcelée, alors qu’il lui serait utile, et même indispensable selon certains spécialistes, d’avoir des groupes puissants à l’échelon du continent.

Des opérateurs d’un calibre assez charpenté pour, dans un avenir encore indéterminé, pouvoir repousser les ambitions de concurrents d’origines transocéanique ou transcontinentale. Et d’ailleurs, Free, qui devrait aussi se lancer prochainement en Italie, cherche bien la voie d’une indispensable croissance en visant l’international. En attendant, sa possible arrivée entre Knocke-le-Zoute et Bastogne donne aux professionnels de ce pays limitrophe, très inquiets, le sentiment de sentir se répandre le parfum d’une sympathique cité wallonne nommée Bouillon…

Source DVSM

 

A voir

Quand des drones volent plus bas que les pâquerettes…

Il y a drone et drone. Problème de vocabulaire...