Accueil / Actualité / Fujifilm a franchi le mur du 100…!

Fujifilm a franchi le mur du 100…!

Avec son APN doté d’un capteur de 55mm et de 102 Mp (première mondiale), la firme montre que le « plein format » n’est pas une fin en soi… La « guerre » des pixels continue.

 DVSM, 1er juin 2019. Le mot « guerre » est à prendre d’une manière fort différente de ce que ce champ de bataille fut il y a quelques années, lorsque la photo numérique n’en était qu’à ses premières salves. Un peu comme les watts des amplis ou des autoradios, le nombre de pixels servait d’accroche purement commerciale sans s’appuyer sur des repères techniques réellement significatifs. Aujourd’hui, sur le segment des capteurs, se livre une compétition que l’on peut estimer comme se situant sur deux registres différents, le pro et le grand public. Mais dans ce contexte, les débordements ou même transferts de l’un vers l’autre sont inévitables. Avec le GFX-100, Fujifilm se situe clairement côté pro, même s’il est probable que quelques amateurs éclairés ne passeront pas à côté de ce petit monument. Son arrivée nous délivre pourtant un message. Non seulement l’APN n’en a pas fini avec la montée en pixel des capteurs, mais il se profile peut-être un autre terrain de compétition pour l’industrie, celui des formats. Accessoirement, ce n’est pas dans un court délai qu’un smartphone rivalisera avec de telles caractéristiques.

Sans aller dans ses détails les plus intimes, relevons que ce GFX-100 est doté d’un capteur dont la diagonale est de 55 mm environ, pour un total de 102 mégapixels. Plus de pixels, et des pixels plus grands permet de recueillir plus d’informations (des photons) à exploiter. Ce qui, d’une part, suppose une panoplie d’optiques non seulement adaptées au format, mais aussi conçues pour cette collecte également plus complexe à exploiter.

Les optiques sont là, et les dispositifs pour cuisiner les images aussi. Comme l’autofocus IBIS sur 5 axes, de quoi s’affranchir des perturbations de « bougés » plus sensibles avec un tel capteur et surtout, des pixels aussi grands que l’océan (enfin, presque…). La vidéo est comme on l’imagine également en phase avec les attentes des utilisateurs types de ce genre de machine.

La question du prix n’en est pas une, comme le confirme notre vision sauce typiquement « DVSM ». Un Duster, véhicule de type SUV de chez Dacia, est disponible à partir de 11.990 euros… seulement…! A 10.990 euros*, quand même, voilà établie la base d’une hésitation, entre un engin pour s’adonner à la route buissonnière et un boîtier auquel il faudra ajouter au moins une ou quelques optiques. Une comparaison que certains, à juste titre, jugeront idiote. Parce que d’un côté, nous sommes au top du top, et de l’autre à la base du low-cost automobile. Toutefois, d’un point de vue industriel, la comparaison est moins stupide qu’il n’y paraît, du fait de la similitude des coûts et de l’océan qui sépare les deux produits, ne serait-ce que dans la taille. Mais allons au plus profond de cette approche. De véritables passionnés pourraient-ils profiter du prix très accessible du tout-terrain de Dacia pour se procurer à la fois un outil de prise de vue extrême et un véhicule capable quand même de sortir des sentiers battus, éventuellement pour aller à la découverte de sujets à capturer…? Car, en effet, les passions ou grandes motivations sont de nature à faire reconsidérer la manière d’envisager des budgets…!

* Prix pour le boîtier nu, sujet à évolution, indique le fabricant.

Source DVSM

A voir

Assistants vocaux, vers une croissance qui semble bien timide…?

Coqueluche de la vie connectée, star des rayons et semblant de relais de croissance...