Accueil / Actualité / Le Gartner sonde les dépenses IT

Le Gartner sonde les dépenses IT

Selon l’observateur, les investissements en IT resteront étals en 2016, comparés en 2015. Les dépenses s’élèvent tout de même à 3,4 trillions de dollars*. La croissance au quatrième trimestre sera même négative de 0,5%. A noter que l’étude intègre un certain nombre d’évènements comme le Brexit qui devrait impacter négativement l’économie locale et européenne. Selon John Lovelock, le consultant du Gartner en charge de l’étude, 2016 est une année de transition. Les investisseurs se donnent le temps de jauger de la valeur des dernières technologies avant d’entamer portages et transitions. Par ailleurs, les entreprises privilégient les réductions de cout ce qui affecte la croissance des dépenses.

Bien entendu, toutes les technologies ne sont pas logées à la même enseigne. Les dépenses dans les data center et surtout en logiciels continuent de progresser, les entreprises marquent franchement le pas dans les achats de matériels et les communications.  Dans le détail, le marché des logiciels est tiré par les investissements en solutions de relation clients en Amérique du Nord (11,6 milliards de dollars), en particulier. La Chine et l’Europe consolident leurs data centers et achètent massivement des plateformes de serveurs.

Le Gartner explique la régression du secteur des terminaux (PC, Tablettes…) notamment par la récession qui frappe durement les ex-émergents, Brésil et Russie ainsi que par la stagnation constante du marché japonais. Par ailleurs, et plus généralement les entreprises n’ont pas formalisé le passage à Windows 10 par l’acquisition de nouveaux matériels. En revanche, ces mêmes entreprises ont parfaitement intégré l’intérêt de la ‘’révolution digitale’’ ce qui explique la performance attendue des SSII et autres conseils dont le CA devrait augmenter de 3,7%.

Gartner_-

Dépenses mondiales IT (en milliards de dollars)

tab2

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A voir

keyboa-380

Le marché des PC prend une nouvelle claque

Le pire est que les opérations de promotion habituelles à cette époque de l’année, comme la rentrée des classes n’ont eu aucune influence sur le commerce.