Accueil / Actualité / Gilets jaunes, ça passe et ça casse ! Alors stop ou encore

Gilets jaunes, ça passe et ça casse ! Alors stop ou encore

Ils protestent…! Tout le monde l’a parfaitement compris.

Ils veulent du changement. Pourquoi pas…? Mais le premier des changements ne serait-il pas, désormais, de revenir au calme…? Quitte à protester à nouveau d’ici quelque temps, si le changement attendu se fait attendre…

 DVSM, janvier 2019. Plus que 2000 gilets jaunes, soit environ une vingtaine d’individus dans chacun de nos presque 100 départements métropolitains… Ce sont, selon les évaluations officielles, les reliquats du jour de la mobilisation d’avant Noël. Ces irréductibles, qui vont un peu vite en affirmant représenter l’expression d’un peuple de plus de 65 millions d’individus, en appellent à de nouvelles manifestations du samedi, acte 8, acte 9, acte X… Malheureusement, ces protestataires qui affirment vouloir « aller jusqu’au bout » (au bout de quoi…?) et être décidés à « ne rien lâcher » (lâcher quoi…?) sont nettement plus flous lorsqu’il s’agit d’exprimer des revendications concrètes. Ce qui ne simplifie rien, mais souligne sans doute le côté irréaliste de certains de leurs désirs. Que ne demandent-ils l’abolition de la pluie et du gel, l’interdiction de la maladie, l’illégalité de notre inéluctable trépas…!

Tous semblent cependant s’obstiner dans un profond déni, ou s’agripper à une mauvaise foi confondante. Ne reconnaissant pas que leurs manifs de fins de semaines constituent le terreau le plus fertile qui soit pour permettre à ceux qui se moquent comme de leur premier cocktail Molotov de leurs revendications jaunement exprimées, ils feignent d’ignorer qu’ils offrent à ces voyous une occasion idéale de venir casser et piller. Avec, à la clé, des dommages dont le commerce semble bien être l’une des principales victimes. Victimes dans lesquelles il faut inscrire tout le monde par ricochet, en raison de la pénalisation ainsi induite sur l’activité économique, ce qui va même à l’encontre des intérêts des protestataires eux-mêmes. Le moment approche où il faudra en terminer de force si la raison ne l’emporte pas, et nul ne doute que l’approbation de ce peuple souvent évoqué ne sera pas mince si de telles extrémités viennent à être atteintes. La revendication oui, la violence, non est une idée sur laquelle l’unanimité a de bonnes chances de s’imposer.

Source DVSM

 

 

A voir

Énergies: moins ils consomment, plus les clients payent…! Mauvais…!

Le très célèbre taux d'inflation n'a jamais été si bas.