Accueil / Actualité / Google gratte Apple à Wall Street

Google gratte Apple à Wall Street

550 milliards de dollars. C’est le montant effarant de la capitalisation d’une entreprise qui ne fabrique (quasiment) rien, dont les services sont gratuits et dont la puissance surpasse celle de nombreux états. Jamais ses deux fondateurs Larry Page et Sergey Brin n’auraient cru la chose possible. Au 2 février, l’action se montait à 768 dollars en hausse de 4,6% après avoir bondi de 6% la veille après la publication de résultats trimestriels ébouriffants. Aujourd’hui, la capitalisation d’Alphabet, la holding détentrice de Google est devenue la première capitalisation de la planète devant Apple et le pétrolier Exxon. Sur les trois derniers mois, le CA a fait un saut de 17,8% à 21,3 milliards de dollars (74,5 milliards en 2015) et les bénéfices augmentent de 5% pour atteindre 4,92 milliards de dollars. Et même si le chiffre d’affaires unitaire du message publicitaire a baissé de 13%, l’augmentation d’un tiers des consultations des liens (10 milliards de requêtes) permet une progression à deux chiffres. Google profite largement du succès d’Android, son OS pour smartphones et tablettes. Android anime aujourd’hui huit smartphones sur dix dans le monde. Conséquence, le CA Google Play le magasin d’applications a progressé de 30% à 448 millions de dollars. Youtube est devenue le premier média audiovisuel américain sur la tranche des 18-49 ans.

___wallstreet-

Les analystes financiers saluent les performances. Mais ils soulignent les points noirs (enfin pas tout à fait noirs) des chiffres publiés par Alphabet. Ils relèvent la dépendance du groupe à la publicité (19 milliards sur 21) et ses difficultés à faire prospérer ses autres et nombreuses activités, comme les robots, les drones, ou les logiciels pour les entreprises. Ils s’inquiètent aussi de l’avenir de certains investissements peu évidents comme la voiture sans chauffeur ou les ballons de transmission des signaux hertziens. Alphabet a investi 3,6 milliards de dollars en 2015 dans ces activités pour des pertes quasi équivalentes !
Google comme d’autres multinationales va devoir affronter la révolte fiscale des états où il est implanté. Les Anglais toujours conciliants avec les grandes entreprises viennent de rectifier sa facture fiscale de 170 millions d’euros, la France s’apprête à sanctionner Google de 500 millions d’euros et d’autres pays vont en faire autant. De quoi inquiéter sérieusement les actionnaires du groupe.

A voir

Autonomy_350

Les transports modernes reviennent bientôt

Le succès de la première édition incite les organisateurs à remettre le couvert.