Accueil / Actualité / Google ne se laisse pas faire

Google ne se laisse pas faire

Le moteur de recherche répond du tac au tac à la Commission Européenne qui lui reproche la ‘’position dominante’’ d’Android sur le marché des smartphones. La Commission a adressé en avril une « communication des griefs ».  Google affirme en retour qu’Android n’a pas réduit la concurrence mais l’a au contraire favorisée. Cette position est officialisée par Kent Walker, l’un des vice-présidents de Google. Cette affaire ressemble étrangement à celles qui ont pu opposer Microsoft et la Commission Européenne : mêmes griefs, mêmes défenses… En l’occurrence, le bras exécutif de l’Union reproche à Google de favoriser ses propres applications et solutions sur celles de la concurrence en profitant de son operating system qui anime plus de huit terminaux mobiles en Europe et dans le monde. La Commission avait lourdement sanctionné Microsoft pour des motifs semblables.

Kent Walker affirme que «l’écosystème Android équilibre avec précaution les intérêts des utilisateurs, des développeurs, des fabricants et des opérateurs mobiles. Aucun fabricant n’est obligé de préinstaller les applications Google sur un téléphone Android. » Ce qui est parfaitement vrai. Nous pouvons ajouter que sans Android, Apple exercerait un quasi-monopole sur le marché des smartphones et des tablettes.  Il y a dix ans, l’Union avait contraint Microsoft de produire un Windows libre de toutes applications maison. Peut-être voudra-t-elle en faire autant avec Android ? En attendant la Commission a affirmé à l’Agence France Presse qu’elle compte examiner la réponse de Google « avec soin avant de prendre toute décision. »

c-e-400

Enregistrer

A voir

mistfly-1-

MisterFly gagne ses quartiers de noblesse

Spécialiste de la réservation de voyages en ligne, MisterFly a gagné le Pass French Tech, le programme national qui accompagne les jeunes entreprises en hyper-croissance.