Accueil / Actualité / Grands écrans: les séquelles de la pandémie s’évaluent et évoluent au fil des jours.

Grands écrans: les séquelles de la pandémie s’évaluent et évoluent au fil des jours.

L’époque des prévisions fiables, même pour le court terme, n’est pas encore revenue. Les lendemains économiques de la crise sanitaire restent dans un flou intense.

DVSM, 22 mai 2020. Où ? Quand ? Combien ? Ces questions essentielles que se posent tous les fabricants de la planète (d’écrans et de bien d’autres produits) à propos d’une reprise concrète des activités restent pour l’heure sans réponse solide. L’industrie en est à une périlleuse navigation à vue, conduite en plein brouillard. Les perspectives élaborées, sans doute après mûres réflexions, dont nous nous faisions les échos il n’y a que quelques jours, sont soudain fortement remises en question. Les légères progressions sur lesquelles certains groupes semblaient pouvoir tabler se transforment en temps réel. Les nouvelles technologies de dalles, comme les plus banalisées, se heurtent à des prévisions de commandes revues dans des proportions plus raisonnables, et même extrêmement prudentes. De source asiatique, aux petites croissances envisagées de l’ordre de 5% en volumes (mais avec replis en CA), succèdent des allusions plutôt négatives, au moins de… 5%, toujours en volumes et avec, comme on peut le déduire, rien d’encourageant quant aux recettes.

Pire, les perspectives de 2021 chancellent, sous l’effet d’hésitations importantes, comme l’éventualité de l’annulation des JO de Tokyo l’année prochaine, déjà reportés d’un an, et que les autorités japonaises semblent finalement envisager. La cause de l’inconnue sur ce rendez-vous sportif mondial très médiatisé et porteur d’une intense activité liée aux retransmissions n’est plus le risque de contagion, mais le constat d’une situation financière catastrophique pour de nombreux intervenants. Comment espérer convaincre d’engager de lourds investissements publicitaires à des sponsors et annonceurs qui en sont à se battre pour ne pas disparaître ? Dilemme à double tranchant, car sans des événements puissants, comment espérer faire remonter en régime l’activité économique ? L’heure de relire, de Jean de la Fontaine, la célèbre phrase de la laitière et du pot-au-lait a sonné.

Source DVSM

A voir

AUTONOMY, le salon international des solutions de mobilité durable se tiendra les 4 & 5 novembre prochains, en format 100% digital

Le plus grand salon international des solutions de mobilité durable pour les professionnels...