Accueil / Actualité / Grands écrans, une saison dans le style montagnes russes rend l’industrie anxieuse.

Grands écrans, une saison dans le style montagnes russes rend l’industrie anxieuse.

L’impact de la pandémie provoque des effets assez peu commodes à gérer, avec des accélérations, des ralentissements, et des fluctuations tarifaires particulièrement inconfortables.

DVSM, 12 mai 2020. Les conséquences de la crise virale que subit le monde entier ne se limitent pas à une simple chute des ventes, pour les grands écrans plats. Dans cette catégorie, entrent les composants essentiellement destinés aux téléviseurs et aux ordinateurs (les « petits écrans » étant ceux équipant smartphones et autres « devices » miniaturisés). Comme le rappellent les analystes*, avant l’émergence de l’épidémie, de gigantesques progressions des capacités de production avaient été observées, notamment suite à l’édification de nouvelles unités de production en Chine.

En seulement 7 ans, ces capacités étaient passées de 225 à 335 millions de mètres carrés annuels, l’unité de référence dans ce domaine. En 2019, la surproduction de grands écrans plats était ainsi évaluée à plus de 13,5% par rapport aux besoins, surproduction qui avait provoqué une sévère chute des cours, rendant le segment assez peu profitable. Les industriels coréens, face à cette dégringolade, ont préféré tirer un trait sur la production de LCD et s’orienter vers des technologies plus récentes et plus rémunératrices (OLED, QLED). L’offre s’est ainsi décongestionnée, avec un repli de l’offre de près de 58 millions de mètres carrés. Ouf…!

Mais le virus est arrivé, et avec lui pas mal de tracas venus perturber la production en cours. Néanmoins, la demande ne s’est pas effondrée, et est même devenue dynamique, les multiples mesures de confinement ayant entraîné des ventes soutenues pour les notebooks. Une demande que les analystes voient cependant fléchir nettement dans la suite de la mésaventure, la sévère crise économique qui va découler des réductions de voilure du monde des entreprises. Alors, on sort les mouchoirs…? Pas toute de suite, grâce aux téléviseurs. Quand on n’a rien d’autre à faire, on regarde la télé.

Les audiences ont grimpé, et même si un glissement s’observe entre télévision linéaire et programmes à la demande, le tout se diffuse quand même sur les écrans qui, coup de chance, continuent d’être choisis par les consommateurs dans des diagonales de plus en plus grandes. De 45,4 pouces, la taille moyenne passe désormais à 49,2 pouces. L’industrie vendant globalement des mètres carrés, cette progression en surface tombe au bon moment, puisqu’elle permet même de pronostiquer une bonne tenue du CA, à condition quand même que les lourdes inquiétudes liées à la santé finissent par se dissiper assez vite.Y.D

Toutes données selon OMDIA (qui a intégré les activité d’IHS Markit)

Source DVSM

A voir

Démocratie, pourquoi le vote reste-t-il la seule fonction allergique au numérique ?

Alors que les esprits moulinent et que les humeurs parfois s'échauffent sur le thème des municipales, pas un mot, pas un chuchotement ne se manifeste à propos d'un mode de scrutin garanti sans contagion.