Accueil / Actualité / Huawei veut voir loin avec son P30 Pro. Loin ou encore plus…?

Huawei veut voir loin avec son P30 Pro. Loin ou encore plus…?

La firme chinoise est capable de faire de grandes choses sur le plan technique. En communication aussi, son audace est grande, mais dans un registre un peu différent. Trop grande…?

DVSM, 27 mai 2019 – C’est dans l’adversité que se révèlent souvent les plus grands talents. Coincée par les décisions américaines portant sur l’OS Android, Huawei n’a pas mis longtemps à esquisser ce qui ressemble à des répliques cinglantes. Au point qu’aux US, des voix risquent de s’élever un jour, pointant du doigt des restrictions à hauts risques. Était-ce dégourdi que d’aller chatouiller ce tigre industriel qui ne somnolait que d’un œil…? Déjà très concrètement mis sur le grill par l’administration américaine depuis des années pour les raisons que l’on sait, il est probable qu’au sein de la firme, certains responsables avaient déjà imaginé des parades, au cas où. Nous y sommes, et de fait, en arriver à pousser ce géant dans ses ultimes retranchements, le contraignant à mettre en œuvre son propre système d’exploitation, pourrait avoir pour résultat une profonde redistribution des cartes dans l’ensemble du monde des smartphones. En mécanique, on parle de retour de manivelle…

Rien n’est plus aussi simple désormais dans ce domaine où deux OS ronronnaient tranquillement, l’original iOS d’un côté, l’universel Android et ses saveurs successives de l’autre. Ce qui est fait est fait. Même si les mesures des US venaient à être atténuées, corrigées, temporisées, voire même annulées, la multinationale de l’Empire du Milieu aura sans aucun doute compris d’où peut venir le danger. Il faut s’attendre à la voir poursuivre son aventure avec sa propre cuisine numérique, et peut-être entraîner dans son sillage d’autres marques séduites par une opportunité incluant la perspective de pouvoir se placer ou se replacer dans un jeu devenu très disputé.

En attendant, l’industriel asiatique mise sur la facette photographique de son P30 Pro qui, en ce printemps, est omniprésent sur le plan publicitaire. A la clé, surgit un argument qui ne passe pas inaperçu aux yeux des individus les plus intéressés par l’image, vantant le zoom qui s’étend jusqu’au « x50″…! Ce qui laisse supposer la présence d’un « high zoom » en continu, allant du grand angle jusqu’au téléobjectif de l’extrême, comme on en voit dans l’univers de la photo numérique pur jus. En fait, l’affaire est un peu plus compliquée. La configuration exiguë du mobile a obligé Huawei à user de quelques ficelles. Entre des focales sélectionnables et les valeurs de zooms qui varient, s’y retrouver impose un peu de persévérance. N’entrons pas dans le détail fort bien décrit par des médias spécialistes de la photo d’autant que, heureusement, les niveaux de qualité sont au rendez-vous.

Sans que pourtant, soit écarté un penchant vers une confusion légèrement trompeuse, en juxtaposant dans les pages de publicité évoquées la mention de ce « x50 » et les commentaires de spécialistes. « Dans des conditions de faible luminosité, le P30 Pro est capable de mieux voir que l’œil humain. C’est tout bonnement bluffant…« . Cette remarque sans détour du site Les Numériques est de la sorte citée par Huawei. L’amateur peu curieux peut ainsi supposer que le « x50 » s’inscrit tout naturellement dans ce commentaire. Alors que la remarque concerne une focale bien plus raisonnable.

Sur les pages de 01net, et dans le même registre, on peut en effet lire que « Le Huawei P30 Pro est une machine de guerre technologique et photographique, mais la communication sur les spécifications est étrange…« , après avoir mentionné, en exergue d’une longue explication qui décortique l’attirail optique de l’appareil, que « Quant au x50, ce n’est plus du dépannage, mais de l’art rupestre…« . Moins gentil, mais pas étonnant. Même avec une grande puissance de développement industriel, physique et optique conservent leurs propriétés naturelles.

Toutefois, dans ce petit bouillon de culture, l’onde de choc Android revient vite à l’esprit. A ce propos, Les Numériques adopte une attitude prudente. L’excellent site et ses spécialistes s’interdisent de conseiller l’adoption de ce très bel outil, une incertitude sur les performances annoncées étant inévitablement liée à l’éventualité d’un basculement du côté soft. Un panorama qui semble dans un premier temps donner un avantage à Samsung, mais pourrait aussi se révéler être pour le Coréen une arme à double tranchant. Et encore plus largement, cet épisode révèle que bien des fabricants de smartphones nourrissaient les évolutions de leurs prestations et beaucoup de celles de l’OS de l’empire Google. Y’avait qu’à…?

Source DVSM

A voir

E3, Los Angeles, nouvelles voies d’eau dans l’univers des grands salons…

Quand un leader historique décide de ne pas investir dans un événement supposé influent à l'échelle planétaire....