Accueil / Actualité / IFA, pourquoi le téléviseur n’est-il plus la grande vedette du salon…?

IFA, pourquoi le téléviseur n’est-il plus la grande vedette du salon…?

Après avoir traversé une profonde révolution, le petit écran est sur un régime de croisière, tandis que son destin industriel a totalement basculé.

 DVSM, 10 septembre 2019. C’est un constat, mais certainement pas un sujet d’étonnement, le téléviseur n’est plus un pôle attractif majeur.* Berlin aura bien servi de vitrine pour quelques « exploits » techniques, dont cette première mondiale et pour toujours d’un modèle à écran OLED 8K permettant à LG de bomber le torse. Pour pas grand-chose, les diffusions en 8K ne sont pas à la veille de dominer les contenus. Il y a eu deux ou trois autres répliques de haut vol, comme celle de Samsung avec un « QLED » aussi en 8K, ou encore un OLED transparent, concept qui, comme on le redoute, ne sera pas une priorité immédiate dans les envies d’équipements des ménages.**

Un de nos confrères (01Net) s’interroge. Pourquoi l’IFA n’aimerait donc plus le téléviseur…? Il n’en est rien. L’organisateur aimerait bien, sans le moindre doute, que cette historique lucarne ouverte sur le monde soit encore l’une des principales attractions de son événement. Elle le fut (tous les observateurs ne s’en souviennent pas) à maintes reprises. Comme par exemple dans les années 30, quand une Allemagne de plus en plus effrayante en faisait un atout de propagande. Et en 1967, lorsque le PAL entrait dans le jeu de la couleur (en France, le SECAM tentait parallèlement sa chance), et lors des décennies encore récentes, lorsque la triple révolution, écran plat + numérisation + haute définition s’octroyaient les meilleures places dans l’actualité.

Mais aujourd’hui, les temps ont changé. En occident, tous les ménages sont équipés de téléviseurs aux écrans plats, numériques et fonctionnant au moins en HD, ou mieux. Le changement ne s’opère donc plus que lorsque la télé du salon (ou d’une autre pièce) vient à défaillir. GfK s’époumone pour trouver une croissance dans un marché qu’il ne peut, pour annoncer quelque chose de relativement positif, que considérer sur un plan mondial. Mais dans les scores, même le 4K, qui est pour l’heure la variété la plus dynamique (en fait, le TV 4K prend doucement la place des FullHD), n’affiche qu’une progression assez modeste, à 11%. Malheureusement, la démographie n’arrange rien. L’occident ne voit plus ses populations se développer, et les occidentaux prennent de l’âge, ce qui les conduit à consommer plus raisonnablement, avec moins de motivations.

Il n’a probablement échappé à aucun observateur que l’industrie a changé son fusil d’épaule. Le plupart des grands constructeurs d’hier ont jeté l’éponge, et si leurs logos apparaissent encore (Thomson, Philips, Grundig, et même des asiatiques…) c’est presque toujours par le biais de licences de marques. Car avec des volumes moindres et une compétitivité attisée par la concurrence essentiellement chinoise, la profitabilité a fondu comme une boule de neige oubliée dans le bûcher de Jeanne d’Arc. Voilà qui n’encourage pas une multiplication des investissements de présentation de ces équipements dans un salon qui reste coûteux, devient de plus en plus électroménager, et face à un public qui, en écrasante majorité, n’attend plus de révolution sur ce segment.

* Ce qui ne signifie pas qu’il ait perdu son statut de produit majeur à la vente pour la distribution.
** Amorcées l’année dernière, la vente de téléviseurs 8K reste confidentielle et perchée bien haut à un prix moyen de 5800 euros.

Source DVSM

A voir

Cyclo debout MobiVolt – Salon Autonomy 2019

A la frontière entre le vélo, la trottinette et le Segway, "le Cyclodebout" mobil'UP est un moyen de locomotion utilisable quelque soit votre tenue vestimentaire et à tout âge.