Accueil / Actualité / Industrie, distribution, aucune grandeur n’a jamais pu devenir éternelle…!

Industrie, distribution, aucune grandeur n’a jamais pu devenir éternelle…!

35 + 35 = 70. Sept décennies pour partir de presque rien et y revenir, après un fulgurant passage au sommet…

 DVSM, 12 novembre 2019. L’activité de Philips sur les téléviseurs remémorée ici n’est qu’un exemple qui, date pour date, permet un regard avec recul et suscite des questions. Il y a pile 35 ans, dans les premières grisailles de l’automne 1984, Philips franchissait le pas de 100 millions de téléviseurs fabriqués dans ses usines, un cap que la firme néerlandaise soulignait être la première au monde à avoir su atteindre. Cérémonie, petits fours, vin blanc pétillant de la meilleure provenance, ce moment heureux fut fêté comme il se devait, avec un regard admiratif sur un déjà long parcours. En effet, l’entreprise rappelait à cette belle occasion que… 35 ans plus tôt, en 1949, elle avait vendu son tout premier téléviseur, un modèle bien sûr en noir et blanc, en 441 lignes et doté d’un écran cathodique de 22 cm de diagonale. D’où le petit décompte par lequel est amorcé ce propos. Nous savons tous que 70 ans plus tard, le même industriel ne fabrique plus depuis déjà plusieurs années le moindre téléviseur. Si sa marque est encore visible dans les rayons, c’est grâce à son utilisation sous licence par un groupe chinois. Dans les informations que diffusait Philips pour cette étape vieille de plus de 3 décennies, était évoqué le volet français de cette activité industrielle.

Pas moins de 15 millions de récepteurs avaient été produits sur notre sol depuis 1967, et 5.000 personnes travaillaient sur ce segment, tant en production qu’en R&D. Si 1949 est déjà bien loin, 1984 l’est beaucoup moins. Philips y était à une sorte de sommet dans une activité TV très intense, dopée en France par ce que les pros ont appelé « l’effet Platini ». Un courant de croissance qui se laissait porter par une atmosphère très positive, avec une victoire de l’équipe de France de football en Coupe d’Europe et l’avènement d’une quatrième chaîne de TV (hélas payante…).

Si la belle ascension fut digne d’intérêt, s’interroger sur la suite jusqu’à l’épilogue de cette mémorable aventure (laquelle a d’ailleurs frappé l’ensemble des industriels du téléviseur en Occident, Europe et Amérique du Nord) l’est tout autant. Certes, le marché des téléviseurs n’est plus en expansion sur la planète. Certes les asiatiques ont petit à petit fait main basse sur le sujet comme sur toute l’électronique. Mais au-delà, comment ne pas songer aux firmes dominantes de l’époque actuelle, géants de l’économie numérique, et à ce qu’ils pourraient être ou… ne plus être, d’ici 10, 15, 20 ou 30 ans. L’univers numérique et connecté n’est pas seul concerné. Il suffit, pour en prendre conscience, de se souvenir de ce qu’étaient certains géants il n’y a qu’une bonne quinzaine d’années, voire à peine plus, Kodak, Nokia, Thomson, Virgin Megastore, Surcouf, Game, etc… Grandeurs, décadences, si l’instant où survient la tempête (ou le trop grand calme) est difficile à prévoir quand le ciel est radieux, une chose est sûre, tôt ou tard, elle viendra.

Source DVSM

A voir

Drones, joujoux devenus en 10 ans des outils modernes aux usages multiples, ils prolifèrent.

L'idée selon laquelle les drones auraient été inventés pour se distraire et faire la fortune de Parrot est peut-être inexacte. Enfin, presque...