Accueil / Actualité / Industrie, réactions trop tardives…! De l’électronique aux filières industrielles pharmaceutiques…

Industrie, réactions trop tardives…! De l’électronique aux filières industrielles pharmaceutiques…

Oh là là…! Il y a urgence…! Il nous faut des microprocesseurs bien de chez nous…! Même réflexe pour les vaccins… Mais il est déjà bien tard, trop tard peut-être…

DVSM, 28 mars 2021. L’étonnement et le constat de la dépendance nationale pour les vaccins et les médicaments serai-elle du ressort de la mauvaise foi…? Il n’est pas sans rappeler ce qui s’était produit il y a 40 ans, lorsqu’un Japon envahissait soudain les rayons de ses équipements de haute-fidélité et de ses magnétoscopes. Bon sang, mais c’était bien sûr…! Nos territoires n’avaient pas suivi, se laissant doucement démunir de tout patrimoine industriel dédié à l’électronique. Il fallait réagir. Et réaction au niveau français il y eut. A l’aide de mesures de contingentement (protection de marché) et d’investissements plus ou moins improvisés, le résultat ne fut guère probant.

Ce qui fut acquis n’a jamais dépassé les créations de quelques « usines tournevis », et de petites déroutes comme celle de cette « Hi-Fi française » dont d’ancien professionnels se souviennent qu’elle « prenait sa source à Moulins ».  Des aventures qui n’ont jamais réussi à corriger la soudaine situation critique qui tombait mal. Car elle se mêlait à une montée vertigineuse du chômage et une très préoccupante bascule de notre balance du commerce extérieur. Ne revenons pas sur cette vieille histoire (qui se déroulait de surcroît dans une inflation à deux chiffres).

Pour les vaccins et les médicaments, la dérive de nos industries locales n’est pas nouvelle. Mais la crise lui fait courir dans les prises de consciences et réactions politiques les mêmes travers que jadis. « Vite, faisons fabriquer des vaccins sous licence par des usines existantes ou à faire sortir de terre« , s’écrie comme un seul homme le monde du commentaire (discourir sans agir) et des décisionnaires (des élus qui dans quelques mois ou quelques années, ne seront plus aux manettes). Certes, l’urgence de la situation épidémique suppose des initiatives du même ordre que celle de l’intervention des pompiers sur un incendie. Mais « en même temps », cette orientation revient à créer une industrie de sous-traitance. Sans une réelle production en filière globale, de la R&D à la commercialisation y compris exportatrice, incluant la création des matériaux clés, cette panoplie pharmaceutique un peu « tournevis » se trouvera dépourvue lorsque la crise s’éloignera. Il en va de même en ce qui concerne ces microprocesseurs qui font défaut à l’automobile et en bloque les chaînes. Et après…? Après, rien… A méditer. Y.D.

Source DVSM

 

A voir

INSTANT SYSTEM, PIONNIER ET LEADER DES SERVICES DE MOBILITY-AS-A-SERVICE (MaaS) LEVE 8 M€ AUPRES DE PARIS FONDS VERT ET OTV

Instant System, expert dans la mise en place de solutions de transport intelligentes et de plateformes MaaS en marque blanche...