Accueil / Actualité / Industries, minerais, matériaux : une mondialisation utile pour avoir bonne mine…!

Industries, minerais, matériaux : une mondialisation utile pour avoir bonne mine…!

Restaurer l’industrie est une tâche indispensable, dont la réussite est étroitement liée à l’acceptation de conditions qui se sont techniquement métamorphosées. Réalités planétaires obligent…

 DVSM, 21 octobre 2021. Au-delà du fait que l’industrie d’aujourd’hui soit devenue particulièrement dépendante des fournisseurs d’électronique, composants, sous-ensembles, etc. cette évolution connue de tous dissimule à peine une autre transformation, bien plus fondamentale. Durant des décennies, et même quelques siècles pour les plus anciennes, les ressources locales ont souvent conditionné autour d’elles et dans de grandes proportions le choix de nombreux domaines de production. Ainsi, les minerais ferreux ont catalysé l’éclosion de grands pôles dans la métallurgie, les zones forestières le travail du bois, etc.

Le développement des transports de marchandises, maritimes et par voies ferrées, ont parallèlement et au rythme de leur développement également beaucoup transformé les grands principes initiaux de l’industrie, entraînant des enchaînements obéissant souvent plus au sempiternel principe maintes fois vérifié de la théorie de l’œuf et de la poule qu’à toute autre logique. Ce jusqu’à ce que l’électronique et ses prolongations numériques imposent d’autres impératifs. Résultat, l’industrie va désormais chercher les matériaux dont elle a besoin là où ils sont, et travaille là où sont réunies les compétences tant en R&D qu’en stratégies de fabrication. On est passée de la fonderie à la sortie de la mine à une pratique plus « cuisinière », avec un « chef » et son équipe élaborant une recette avec des ingrédients venus de mille et une origines, de l’abattoir à la garigue…

A l’heure où de nombreuses nations cherchent à faire renaître des emplois et se défaire de dépendances internationales (et pas seulement la France), nombreux sont les responsables qui constatent que, plus que jamais, pas un territoire ne peut plus désormais réunir tous les ingrédients nécessaires à ses productions industrielles majeures. Matériaux, composants et softwares (le tout coiffé côté fournisseurs d’armures solides des brevets et de royalties immédiatement exigibles) font que, comme les marchés, tout est devenu mondial. La pandémie a mis en un relief aigu cette nouvelle donne, dans laquelle le seul et classique thème du coût de la main d’œuvre n’est plus un ingrédient aussi dominant. Pour tous ou presque, regagner du terrain perdu dans certaines activités flirte avec l’impossible si l’aspect cosmopolite des ressources n’est pas pris en compte.

L’automobile, notamment en France, est prise au piège de ces conditions fort contraignantes. Outre ses défaillances de longue date dans la prise de parts significatives sur le marché international des produits à haute valeur marchande, (en clair le milieu premium et le haut de gamme, seuls segments de bonne profitabilité*), elle devient en outre dans son quotidien à la merci de pénuries sur les composants, de bateaux restant trop longtemps accidentellement coincés dans des canaux étroits, ou d’un manque de conteneurs. Alors que la campagne pour les présidentielles est engagée, et avec elle le grand concours des promesses à l’emporte-pièce, est-on sûr que tous les prétendants soient au fait de cette actualité industrielle mondiale qui, d’ailleurs, ne manquera pas d’évoluer encore, au fil des prochaines décennies…

* Alors que l’Allemagne, bien sûr, mais aussi la Grande Bretagne (Jaguar, Bentley, Rolls Royce, Aston Martin…), l’Italie (Ferrari, Lamborghini, Maserati…), la Suède (Volvo…) ont beaucoup mieux performé sur ce registre. Si plusieurs de ces marques ont été reprises par des groupes de nationalités diverses, certaines d’entre elles conservent aujourd’hui encore des unités de production sur leurs territoires d’origine.

Source DVSM

A voir

En 9 mois de 2021, les APN reprennent un peu de vigueur, loin des scores du passé.

L'infernale dégringolade des ventes d'appareils photo semble enrayée.....