Accueil / Actualité / Kaspersky lutte contre les soupçons

Kaspersky lutte contre les soupçons

L’éditeur d’antivirus basé à Moscou est nommément désigné comme cheval de Troie des hackers russes par plusieurs sociétés américaines.

La dernière en date, la National Public Radio vient d’annoncer la cessation de toutes les formes de liens avec l’éditeur qu’elle accuse de liens malsains avec Kremlin. Kaspersky sponsorisait certaines émissions de la radio américaine. Certains experts doutent de liens aussi directs entre l’éditeur et les services russes, mais affirment que les hackers ont réussi à exploiter ses solutions pour pirater les entreprises clientes.

Après de telles accusations, Kaspersky devra ramer dur pour redorer son image. L’éditeur vient ainsi de renforcer ses accords de partenariat avec Interpol. « Kaspersky Lab confirme son engagement en faveur d’une collaboration globale dans la lutte contre le cyber crime en signant un accord de partage d’informations avec Interpol. Ce cadre légal va permettre de faciliter et de développer la collaboration entre Kaspersky Lab et Interpol en matière de partage de données sur les menaces et les activités cyber criminelles, et ce partout où elles agissent » vient de publier l’éditeur dans un communiqué de presse.

Kaspersky rappelle son implication dans une opération conduite par l’organisation internationale qui a permis de démanteler des fermes de plusieurs milliers de serveurs botnets et d’identifier des centaines de sites web vérolés « y compris des portails gouvernementaux au sein de l’association des nations de l’Asie du Sud-Est. »

 

hac-380-3-

 

Enregistrer

A voir

kack-3-

La deuxième édition du « Hackathon Citylab Alliance » est lancée

Après le succès de sa première édition en 2016, le « Hackathon Citylab » réunit à nouveau, les 16, 17 novembre et 8 décembre prochains