Accueil / Actualité / Keyrus dresse le panorama des startups françaises

Keyrus dresse le panorama des startups françaises

L’écosystème national de la nouvelle économie est particulièrement vivace.

Selon le tour d’horizon que vient de réaliser la SSII Keyrus, 240 incubateurs et 50 accélérateurs s’occupent de milliers de jeunes pousses. Les Pouvoirs Publics se comportent comme un partenaire fiable et dynamique. Le plan d’investissement sur cinq ans se monte à 57 milliards d’euros. Les secteurs qui peuvent en bénéficier sont liés à l’écologie, la formation professionnelle, l’innovation (13 milliards) et la transformation de l’action publique.

Les investissements dits d’avenir s’accaparent 10 milliards d’euros. La BpiFrance, le bras armé de l’état sur ces sujets a déjà financé 85 000 entreprises et accordé 1,3 milliard d’euros de subvention à l’innovation. L’an dernier, les startups ont levé 2,6 milliards d’euros pour un montant moyen de 4,2 millions. C’est moins qu’en Grande-Bretagne (5,7 milliards d’euros) mais nettement mieux qu’en Allemagne (1,7 milliard d’euros).

Le podium des Business Angels les plus prodigues est occupé par Pierre-Edouard Stérin (70 millions d’euros pour 30 startups), Fabrice Grinda (60 millions d’euros pour 74 startups) et Xavier Niel (25 millions d’euros pour cent startups). Paradoxalement, plus le nombre de startups financés augmente, plus le montant investi diminue. Sans trop de surprise, l’essentiel des investissements (77% du total soit 1,97 milliard) se concentre en Ile de France.

Les Fintech s’accaparent 280 millions d’euros, devant le Retail (224 millions d’euros) et les technologies médicales (214 millions). Les dix premières opérations de levée de fonds s’approprient le cinquième des montants investis. Actility (70 millions), Oodrive (65 millions) et Ivalua (64 millions) ont géré les trois opérations de levée de fonds les plus importantes du genre. Enfin, parmi les techniques de financement employés, le crowdfunding a toute sa place. La seule plateforme Ulule a recueilli l’an dernier 28 millions d’euros en augmentation de 10,7%.

 

A voir

Taster trouve les moyens de ses ambitions

Taster crée et déploie des concepts de restauration dédiés à la livraison en s'appuyant sur des plateformes comme Deliveroo ou UberEATS.