Accueil / Actualité / La Belle Jardinière peut revenir… Confo Pont Neuf va fermer…

La Belle Jardinière peut revenir… Confo Pont Neuf va fermer…

Pour Conforama, la restructuration se précise. Les syndicats protestent, ce qui est leur job. Mais globalement, l’étonnement est-il réellement d’actualité…?

DVSM, 02 juillet 2019 – La crise grave traversée par l’enseigne était connue et, déjà, une restructuration était attendue. Toutefois, la mise en cause des actionnaires, de certaines dispositions prises par le pouvoir il y a quelques saisons et autres motifs sonnent faux, dans le concert cependant bien compréhensible des réactions. De très concrètes malversations à la tête du groupe Steinhoff, propriétaire de l’enseigne, sont parmi les causes principales de ce semi-naufrage. Ce qui ne suffit pas pour qualifier par sous-entendu tous les actionnaires de la planète de voyous prêts à se compromettre dans des opérations douteuses. En revanche, si une quarantaine de points de vente doivent être fermés, c’est aussi parce que leur profitabilité pose problème. Sinon, pourquoi s’en séparer, plutôt que de tabler sur leurs recettes pour renflouer les comptes…?

Dans les magasins qui sont semble-t-il concernés par les fermetures*, figure celui du Pont Neuf, dans la capitale. Mais comment ne pas remarquer que ce lieu (qui avait accueilli il y a bien longtemps la célèbre Belle Jardinière) avait jadis pour voisin la Samaritaine, locomotive du quartier mis à l’arrêt depuis plusieurs années, et que pour y accéder, il ne reste plus que les quais de Seine, fort encombrés, surtout que depuis la fermeture des voies sur berges par la municipalité parisienne, se rendre en ce lieu jadis très agréable s’est transformé en une galère. Comment croire que cette énorme transformation de la commercialité locale n’ait aucun rapport avec une dégringolade du couple CA-profitabilité…?

Les fermetures annoncées ne peuvent pas non plus laisser indifférents des observateurs qui, il y a quelques années, ne masquaient pas une certaine inquiétude face à une frénésie d’ouvertures à tout va, partagée par de nombreuses enseignes. La consommation qui s’est au mieux émoussée, et pour certains créneaux, significativement effondrée, ne permet plus d’atteindre partout les équilibres indispensables aux entreprises. Rares étaient les professionnels du terrain à ne pas avoir conscience de cette périlleuse réalité. Même si ce point n’est pas du registre du « politiquement correct », il faut reconnaître, sans les en blâmer, que certains ont vécu de cette situation (salariés inclus).

Mais si un sentiment de douche froide est exprimé par les salariés, notamment au siège de Lognes (est parisien), c’est (photo) parce que la restructuration semble à la fois plus proche et plus sévère que prévu. L’hypothèse d’un jeu en hauts lieux volontairement calmé jusqu’aux européennes n’est peut-être pas totalement fantaisiste. Comme si ce genre de choses n’avait jamais existé…!

Darty, quelques inévitables frissons rétrospectifs…! On se rappelle aussi que bien des collaborateurs de Darty avaient manifesté une préférence pour le groupe Steinhoff, avant que la reprise de l’enseigne au logo rouge ne soit finalement opérée par la FNAC (avec le concours in-extremis d’un certain Bolloré). Comme des voyageurs constatant que juste après leur passage, un pont s’était effondré, les animateurs du pays du contrat de confiance doivent se sentir heureux de finalement ne pas avoir pu émigrer vers le Pays où la vie était moins chère. Il reste que Confo est touché, mais pas coulé. Et qu’une possible reprise par But n’est peut-être pas totalement oubiée…

* Une liste de source syndicale est diffusée dans quelques média, le magasin du Pont Neuf à Paris y figure.

Source DVSM

A voir

Maitriser l’échange des données tout au long du parcours de soin des patients : un incontournable

Plus que jamais, les structures de santé et les hôpitaux manipulent de nombreuses données sur leurs patients....