Accueil / IT Business / Parole d'entreprise / La confiance : plus qu’un simple mot dans le monde de la cybersécurité

La confiance : plus qu’un simple mot dans le monde de la cybersécurité

La notion de confiance est aujourd’hui au centre de nombreux débats dans le secteur de la cybersécurité. Elle revêt une dimension stratégique qui amène sans cesse de nouvelles questions et les tensions géopolitiques, fortement perceptibles en 2018, ont eu de nouvelles répercussions dans le cyberespace. Les exemples ne manquent pas à ce sujet.

Outre les soupçons sur l’origine étatique de cyberattaques majeures ou l’ouverture d’écoles de cyber-espionnage dans certains pays, l’année 2018 a été marquée par l’annonce d’embargo contre certains fournisseurs pour risque d’espionnage, ou encore de nouvelles suspicions sur la présence de portes dérobées dans des technologies étrangères. Huawei, notamment, en a fait les frais. Ce contexte crée le doute en termes de fiabilité et d’intégrité des produits logiciels, notamment en ce qui concerne les solutions de cybersécurité. En effet, ces dernières sont particulièrement sensibles de par leur fonction de « gardien du temple ». Avoir le contrôle sur les systèmes de protection, c’est obtenir un accès direct aux ressources protégées. C’est pourquoi, le choix des partenaires cybersécurité n’a jamais été aussi crucial pour les entreprises et les institutions.

Sur l’épineuse question des portes dérobées ou de l’affaiblissement des mécanismes de chiffrement, les positions prises par les États diffèrent. La Russie a déjà légiféré pour obliger les éditeurs à fournir aux autorités un moyen d’accéder à des communications chiffrées. Les Etats membres de l’Alliance des Five Eyes* souhaitent également imposer l’introduction de faiblesses dans les logiciels. L’objectif principal et officiel est de pouvoir déchiffrer certains échanges qui pourraient être liés à des activités terroristes et de partager l’information entre les services de renseignement.

Bien entendu, lutter contre le terrorisme est une cause prioritaire. On peut cependant s’interroger sur le bien-fondé de cette volonté de créer des backdoors qui pourraient être un moyen détourné d’accéder aux informations sensibles des entreprises ou des particuliers. Tous les scénarii sont alors envisageables : espionnage étatique, accès à des secrets industriels, atteinte aux libertés individuelles, etc. Autant d’éléments qui ne sont en aucun cas liés à la guerre contre le terroriste et qui pourraient nuire gravement à la protection du patrimoine informationnel des entreprises et des institutions.

Comme évoqué précédemment, ces backdoors ne font pas l’unanimité. L’Europe notamment se positionne très clairement contre leur mise en place et préconise un chiffrement de bout en bout dans les communications afin d’en garantir une totale sécurité. Déjà en 2017, le Vice-Président de la Commission Européenne martelait cette position en mettant en avant la menace induite par l’utilisation de portes dérobées qui peuvent être exploitées par la cybercriminalité. En effet, l’affaiblissement d’un système de protection ou de chiffrement pourrait tout à fait être découvert puis utilisé par des personnes malintentionnées, leur offrant ainsi une voie royale pour réaliser leurs méfaits.

Ce constat montre encore une fois que la notion de confiance numérique va bien au-delà de considérations purement technologiques et fonctionnelles pour intégrer une dimension éminemment géopolitique. L’origine des technologies numériques, et notamment celles qui manipulent ou protègent des données sensibles, est un pilier de cette confiance numérique. Les entreprises doivent prendre en compte cette donnée stratégique dans leur raisonnement avant de confier les clés de la sécurisation de leur système d’information à un fournisseur. En ce sens, un travail de sensibilisation continue est nécessaire auprès des organisations privées et publiques.

Les éditeurs européens doivent, de leur côté, être plus transparents sur leurs positions et adopter une posture commune. On peut également se féliciter des travaux en faveur de la confiance numérique entrepris à l’échelle européenne et par différentes agences gouvernementales à l’image de l’ANSSI. La qualification de produits de sécurité portée par l’agence française impose, par exemple, une revue de code source pour s’assurer du niveau de robustesse des fonctions de protection et de l’absence de portes dérobées. Gageons que cette initiative sera reprise plus largement dans le futur cadre de certification européen pour lequel a été récemment mandaté l’ENISA.

*Alliance qui réunit les services de renseignement des États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Canada.

Matthieu Bonenfant – CMO Stormshield

 

 

 

A voir

Le digital au service de l’expérience client dans le secteur du retail

Pour une marque, répondre aux attentes de ses clients, tant en ligne qu’en magasin, est désormais un levier puissant pour consolider son chiffre d’affaires...