Accueil / Actualité / La France de l’électronique de loisirs privée de repères

La France de l’électronique de loisirs privée de repères

À chaque début d’année, un peu partout, les chiffres de la saison écoulée se révèlent, s’analysent, se diffusent. Mais sur notre sol, seul le brouillard tient bon.

DVSM, janvier 2019. Généreusement, GfK vient de dévoiler à la presse quelques données sur le marché de l’électronique grand public. D’une utilité très modérée sur un plan local car elles concernent essentiellement les chiffres mondiaux. Explication probable, ces informations arrivent au moment de l’ouverture du CES de Las Vegas, présenté, comme l’IFA, comme le plus grand salon du monde du domaine concerné. Mais au-delà de ces infos qui recoupent finalement assez bien ce que d’autres cabinets et spécialistes des analyses ont égrené au fil des mois, on aurait aimé en savoir plus.

Il y a quelques années, des « traditions » permettaient à deux figures du métier, le SIMAVELEC et la société GfK* de distiller des informations. Non sans quelques frictions et moment « chauds », ces deux entités organisaient en début d’année des conférences de presse nourries, permettant aux médias de travailler avec des données locales assez fouillées. Malheureusement, le SIMAVELEC, organisation professionnelle des industriels du secteur, s’est dissout dans un nouvelle entité qui ne dit plus rien. Pour sa part, GfK n’organise plus non plus ses classiques et très intéressantes conférences françaises (mais communique  quand même lors de certains événements. Cela pourrait être le cas lors du prochain MedPi, en avril 2019). Sur ce plan, les professionnels de l’Hexagone toujours friands de savoir, peuvent nourrir une certaine envie à l’égard de leurs confrères d’Outre-Rhin. En Allemagne, terre « natale » de GfK, et d’accueil pour de nombreux sièges européens**, le GFU, un « SIMAVELEC » de là-bas, reste généreux en données. La navigation sans visibilité est un exercice hasardeux.

Certes, clients de GfK, les industriels et les dirigeants dans les enseignes disposent bien de statistiques (jusqu’à des panels hebdomadaires) performantes. Mais ce savoir reste haut placé, presque confisqué dans des altitudes hiérarchiques bien peu constructives. Il nous semble que tout professionnel, jusqu’au plus modeste vendeur, devrait avoir aussi la possibilité d’être informé sur ce qui se passe sur son théâtre professionnel, période par période, pour chaque créneau de distribution, chaque tranche de prix, chaque catégorie de produits. Dommage…

 

* Souvent affublée dans les médias du titre « d’institut », ce qui fausse un peu l’idée que certains peuvent avoir d’une simple et honnête réalité : GfK est une société privée, spécialisée dans les statistiques et le suivi de panels de distribution, qui vend ses études aux industriels et aux entreprises de distribution.

** La présence des sièges (headquarters) apporte le nerf de la guerre, les moyens de financer le travail de tels organisations professionnelles qui ne vivent pas de l’air du temps.

Source DVSM

A voir

Imprimantes 3D, des rayons se mettent en ordre de conquête. Enfin !

Depuis des années, on les voyait rôder, pistant les utilisateurs passionnés ou chevronnés, mais sans aller réellement au contact du plus grand nombre....