Accueil / IT Business / La gouvernance de l’Internet se joue à Dubaï

La gouvernance de l’Internet se joue à Dubaï

Les représentants de 193 pays se penchent depuis quelques jours sur la réforme du Règlement des télécommunications internationales. Deux camps s’opposent dans ce débat : d’un côté, les pays favorables à un droit de censure, de l’autre, les partisans de la liberté sur Internet, soutenus par les acteurs majeur du web, dont Google.

De nombreux pays voient la Toile comme une menace, en particulier ceux qui ont peur de la liberté d’expression. Ainsi, la semaine dernière, la justice russe interdisait l’accès sur Internet aux vidéos du groupe Pussy Riot, les jugeant extrémistes. La porte-parole du tribunal, a précisé à l’agence Interfax que la décision s’appliquait à quatre vidéos des Pussy Riot: celle tournée dans la cathédrale, une sur la place Rouge et deux autres…Même chose pour la Chine qui souhaite que les Etats aient un droit de regard renforcé sur la régulation du web à l’intérieur même de leurs frontières.

A n’en pas douter, Internet continuera à se développer dans les prochaines décennies. Les serveurs seront plus rapides, plus accessibles, et ils permettront à n’importe quel appareil électronique de se connecter à la Toile. Ainsi, lutter contre l’avenir parait pour le moins puéril…

M.G

A voir

2009_09_18_orange

L’Arcep magnifie Orange et plombe Free

L’Autorité de régulation publie les résultats de son enquête 2017 d’évaluation de la qualité de service...