Accueil / Actualité / La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

L’écoute de la musique sur du matériel performant n’a jamais été davantage que très minoritaire. Une tradition regrettable mais pas inéluctable.

 DVSM, 14 octobre 2019. Une distorsion excessive caractérise la proportion de nos semblables qui aiment la musique et la part des outils qu’ils utilisent pour l’écouter. Ce n’est ni un scoop ni une révélation. Presque un constat à perpétuité. En effet, ce n’est pas davantage l’effet unique d’apparitions techniques nouvelles, celles-ci ayant cependant apporté beaucoup d’évolutions. Même si des nuances peuvent être relevées géographiquement, la tendance est la même à l’échelon planétaire. C’est ce que nous apprend la dernière enquête en date de l’IFPI (fédération internationale de l’édition phonographique), révélant que les équipements hi-fi ne représentent que 8% de ceux utilisés pour écouter de la musique. En revanche, 46% de cette écoute est accaparée par des moyens numériques modernes ou presque (27% pour les smartphones, équipements encore jeunes, 19% pour les ordinateurs, qui ont en revanche une place chez les consommateurs depuis plusieurs décennies).

Il reste à relativiser de tels chiffres, qui correspondent également à un partage du temps pour une quantité dominante d’individus. Lesquels ont en permanence leurs téléphones mobiles avec eux, passent du temps face à l’ordinateur (il est possible de travailler tout en écoutant de la musique), mais sont bien moins longtemps tranquillement installés chez eux, dans leur pièce d’écoute où se trouve l’éventuel matériel de haute-fidélité. Un lieu où l’écran exerce une concurrence puissante.

Toutefois, ces données laissent aussi apparaître un potentiel de développement pour ces équipements de bonne et grande écoute. Ce qui dépend des acteurs du monde de la hi-fi, industriels, distribution, médias, qui ont la délicate responsabilité d’aller à la conquête de nouveaux adeptes.

Source DVSM

 

A voir

Enceintes connectées, vrai succès ou optimisme un peu forcé sur le sujet…?

On ne parle que d'elles (ou d'eux, si qualifiés d'assistants vocaux...) et pourtant, leur taux de possession restait assez modeste, à la veille de l'été....