Accueil / Actualité / La législation sur le copyright angoisse Mozilla

La législation sur le copyright angoisse Mozilla

Les acteurs d’Internet devront-ils rémunérer les auteurs et leurs auteurs ?

Si les députés suivent les recommandations du gouvernement et de l’Union Européenne, ils devront passer à la caisse. Du coté des acteurs du Web, c’est plutôt la panique. « Si la réforme entre en vigueur, nous pourrions ne plus jamais publier du contenu en ligne avec la même liberté » prévient-on à la fondation Mozilla. Une quantité phénoménale de contenus disparaitra des plateformes.

« En cause, les algorithmes de filtrage que les législateurs de l’UE demandent aux plates-formes en ligne de mettre en place. Comment pourraient-ils savoir si un contenu est parodique, par exemple ? Beaucoup d’images, de vidéos et de bandes sonores qui font désormais partie des conversations quotidiennes en ligne seront bloquées de manière préventive par les plates-formes, mettant ainsi en place le plus grand système de surveillance et de censure que le monde démocratique ait jamais vu » affirme Mozilla par communiqué de presse.

Raegan MacDonald, responsable Politique de l’UE chez Mozilla explique : « Le résultat du vote sur la réforme européenne du droit d’auteur ne concerne pas seulement les mèmes ou nos activités quotidiennes sur Internet. Il va également avoir un impact plus insidieux car il va contribuer à renforcer encore le positionnement des plates-formes les plus importantes et les plus riches du marché. Seules les entreprises comme Google et Facebook disposent des moyens techniques et financiers pour opérer des systèmes de filtrages aussi avancés et tentaculaires que ceux qu’impliquerait la réforme. Ironiquement, elle vise des entreprises qui filtrent déjà les contenus — et qui disposeront donc d’un avantage concurrentiel vis à vis de leurs rivaux plus petits ou de startups, qui, n’auront d’autre choix que d’investir lourdement pour se mettre en conformité avec la loi. »

Et pour conclure « En définitive, le rôle d’Internet en tant qu’outil puissant de créativité sera compromis. »

 

 

A voir

Ecrans et redevance, au top des explications oiseuses…

L'application du prélèvement pour l'audiovisuel public préfigure une pure et simple fiscalisation de ce prélèvement. Arpagon, Macron, même combat...?