Accueil / IT Business / Communiqués / La maturité des technologies stimule davantage l’adoption du cloud que les facteurs métiers ou commerciaux ou le changement de culture

La maturité des technologies stimule davantage l’adoption du cloud que les facteurs métiers ou commerciaux ou le changement de culture

Plus de la moitié des décideurs informatiques développent aujourd’hui au  moins 60% de leurs applications dans le cloud

SAN FRANCISCO (États-Unis), le 11 décembre 2018 – La réalisation des objectifs n’est pas un critère suffisant pour obliger les entreprises à migrer vers le cloud : ce sont plutôt la maturité, la souplesse et la fiabilité des technologies cloud qui poussent celles-ci à s’y rallier et à intensifier leur adoption, d’après le tout dernier rapport publié ce jour par la Cloud Foundry Foundation, à l’origine de toute une gamme de projets open source dont Cloud Foundry Application Runtime, Cloud Foundry Container Runtime et Cloud Foundry BOSH. Le contenu de ce rapport a été rendu public dans le cadre de l’édition 2018 de la conférence KubeCon + CloudNativeCon North America.
« Les décideurs informatiques ayant pu se familiariser avec les extraordinaires avantages du cloud, ils en ont élargi l’adoption à des technologies plus perfectionnées au niveau de la couche plate-forme et développement applicatif de la pile comme les architectures PaaS, à base de conteneurs et serverless notamment », affirme Abby Kearns, administratrice dirigeante de la Cloud Foundry Foundation. « C’est un cercle vertueux qui s’instaure, puisque le fait d’être à l’aise avec une technologie entraîne aussitôt l’adoption d’autres technologies plus évoluées. D’ici dix ans, il faut s’attendre à ce que l’architecture sans serveur soit devenue aussi banale que le PaaS. »
Voici les principales conclusions de ce rapport :
  • Les entreprises se rallient au cloud – Par rapport à novembre 2017, le nombre de décideurs informatiques qui indiquent avoir sélectionné leurs prestataires cloud et commencent à opérer un déploiement plus large s’inscrit en hausse de 13 points. 
  • L’adoption du cloud est relativement homogène, entre applications nouvelles et existantes – 45 % des entreprises s’adonnent, au moins dans une certaine mesure, au développement d’applications cloud natives, tandis qu’elles sont 40 % à adapter l’architecture de leur parc applicatif en place. 
  • Une intégration accrue des dernières technologies en date – On constate une progression de 16 points, en glissement annuel, des décideurs informatiques qui testent et adoptent les dernières technologies en date pour les superposer aux solutions cloud existantes. 
  • Une familiarisation accrue avec les technologies cloud – 74 % des participants s’estiment à l’aise avec la notion de « PaaS » qu’ils sont capables d’expliciter à un collègue, contre 63 % seulement qui étaient de cet avis en février 2016. Par ailleurs, ils sont aujourd’hui 49 % à pouvoir définir les « conteneurs », contre 24 % à peine auparavant. 
  • Sensibilisation et adoption vont de pair – Étant donné que les professionnels sont de plus en plus à l’aise avec les technologies, 14 % seulement affirment ne pas utiliser de PaaS ni en évaluer, et 13 % seulement ne pas utiliser de containers ni en évaluer. 
  • Les containers révèlent leur extensibilité – En août 2016, 51 % des participants déployaient entre 0 et 100 containers, et 37 % seulement plus de 100 ; aujourd’hui, les proportions se sont inversées : ils sont 47 % à déployer plus de 100 containers et seulement 42 % à en déployer moins de 100.
  • Le moment est venu de se polariser sur la culture – En février 2016, les participants étaient 15 % plus nombreux à estimer que la technologie faisait davantage obstacle que la culture à leur productivité en développement applicatif. Aujourd’hui, ils sont 11 % plus nombreux à voir dans la culture un obstacle plus important que la technologie, ce qui témoigne de la nécessité d’opérer un changement culturel pour tirer parti des avantages de l’adoption. 
Le recentrage d’une entreprise autour du cloud est souvent décrit comme une « avancée soudaine », et non comme un cheminement progressif. Les études réalisées par la Cloud Foundry Foundation depuis trois ans — dont son dernier rapport en date de juillet 2018, « Where PaaS, Containers and Serverless Stand in a Multi-Platform World » — établissent que les entreprises évoluent progressivement vers une stratégie informatique qui mise non seulement sur le cloud, mais ne cesse d’adopter des technologies innovantes de type PaaS, conteneurs, architecture serverless, et autres. L’année prochaine présentera de nouveaux défis à mesure que les entreprises s’efforcent de revoir leur culture pour la mettre en adéquation avec l’intensification de leurs activités axées sur un développement agile et un déploiement continu. 
En classant l’interopérabilité et l’intégration en tête de leurs priorités, les entreprises adhèrent aux investissements réalisés par la Cloud Foundry Foundation dans ses tout nouveaux projets d’incubation, Eirini et CF Containerization, annoncés en octobre dernier à Bâle, dans le cadre de l’édition 2018 du sommet européen Cloud Foundry. Ces projets, qui renforcent l’intégration entre Cloud Foundry et Kubernetes, répondent aux besoins de développeurs en quête de simplicité, d’agilité et de souplesse dans la diffusion de logiciels en conteneurs. Pour accéder en détail aux différents modes d’interopérabilité possibles, visionnez la vidéo.
Pour recevoir un exemplaire de l’étude, rendez-vous ici. Cette étude a été menée et produite par ClearPath Strategies, cabinet d’études de marché et de conseil stratégiques pour les chefs de file et forces de progrès à travers le monde.
Technologie open source soutenue par les plus grands acteurs technologiques au monde, notamment Dell EMC, Google, IBM, Microsoft, Pivotal, SAP et SUSE, Cloud Foundry est utilisée en production par des chefs de file dans l’industrie, les télécommunications et les services financiers. Seule Cloud Foundry offre la vélocité nécessaire au déploiement continu d’applications adaptées aux impératifs métier des entreprises. Son architecture à base de conteneurs exécute des applications dans tous les langages informatiques, sur votre choix de cloud — Amazon Web Services (AWS), Google Cloud Platform (GCP), IBM Cloud, Microsoft Azure, OpenStack, VMware vSphere, etc. Dotée d’un robuste écosystème de services et forte de sa simplicité d’intégration avec les technologies en place, Cloud Foundry fait référence pour les applications stratégiques des entreprises d’envergure mondiales.

À propos de la Cloud Foundry Foundation
La Cloud Foundry Foundation (CFF) est une organisation indépendante à but non lucratif, constituée pour favoriser le développement, la promotion et l’adoption de Cloud Foundry, et en faire une référence pour le déploiement d’expériences développeurs inégalées auprès des entreprises de toutes tailles. Au nombre des projets de la Fondation figurent Cloud Foundry Application Runtime, Cloud Foundry Container Runtime, BOSH, Open Service Broker API, Eirini, CF Containerization, Abacus, CF-Local, CredHub, ServiceFabrik et Stratos, entre autres. Cloud Foundry, qui accélère et facilite la création, le test, le déploiement et la montée en capacité des applications, est utilisé par plus de la moitié des acteurs du classement Fortune 500, dont le chiffre d’affaires combiné avoisine les 15 000 milliards de dollars. Hébergé par The Linux Foundation, Cloud Foundry est un projet sous licence Apache 2.0 accessible sur Github : https://github.com/cloudfoundry. Pour en savoir plus, consultez le site : http://www.cloudfoundry.org

A voir

Fort du succès de la première édition de son Booster Camp, SOAT renouvelle cette opération en 2019 en recrutant une nouvelle promotion.

Le programme Booster Camp, créé par les équipes de SOAT, permet aux jeunes diplômés d'écoles d'ingénieur informatique fraîchement recrutés...