Accueil / Actualité / La vente des automobiles neuves se voit un avenir de plus en plus Net.

La vente des automobiles neuves se voit un avenir de plus en plus Net.

C’est une tendance que l’on pouvait imaginer à moyen terme, mais que la pandémie pourrait bien avoir sérieusement stimulée.

 DVSM, 15 décembre 2020. Les transformations que les effets de la pandémie ont induites ne se comptent plus. Dans les échanges commerciaux, les mille et une facettes de ce que permettent les usages en ligne ont d’ores et déjà installé des pratiques sur lesquelles un retour au monde d’avant est très peu probable. Les commandes en ligne ont notablement augmenté, tout comme le recours au paiement sans contact. C’est aujourd’hui du côté de la diffusion des automobiles par les industriels que l’amorce d’un virage se décèle.  « Moins de 1% des voitures neuves sont actuellement vendues en ligne, » remarque l’analyste Gartner, ajoutant que « un nombre croissant de constructeurs automobiles mettent en œuvre des plates-formes internet pour effectuer pleinement la vente de véhicules, des commandes au financement, à l’achat et à la livraison à domicile. » Cette même société d’études prévoit ainsi que « d’ici 2025, le paysage de la vente au détail automobile aura évolué, avec 20% de toutes les nouvelles voitures vendues entièrement en ligne. »

Pour l’heure cette prophétie est encore de celles que l’on a du mal à envisager. Mais il faut avoir à l’esprit que les industriels de ce secteur se concentrent déjà prioritairement depuis des années sur les ventes aux sociétés (flottes) et aux loueurs, ces derniers constituant une voie pour alimenter indirectement un marché de la voiture d’occasion très récente (donc plus abordable pour la clientèle particulière). En Europe, notamment, les ventes aux particuliers se font aussi dans des proportions significatives par l’intermédiaire de circuits proposant des prix plus ou moins cassés, hier créneau un peu d’aventuriers, aujourd’hui filières de mieux en mieux structurées.

Et voilà que, comme un accélérateur des évolutions, est arrivé le virus. « La pandémie du COVID a accéléré les ventes de voitures en ligne en ayant convaincu un nombre croissant de clients d’éviter les salles d’exposition pour de futurs achats« , précise Pedro Pacheco, directeur de la recherche chez Gartner. Ainsi, le potentiel d’une automobile sur 5 empruntant les chemins du net devient parfaitement plausible et, proportion restant à affiner, de plus en plus inévitable. Il reste que côté grand public, le marché du VO est considérablement plus important que celui du neuf, et que dans ce sens, la concession, l’agent de marque ou l’enseigne de revente ont encore pour longtemps « du grain à moudre ».

Source DVSM

A voir

Écrans : plus qu’une stratégie, presque une frénésie coréenne pour les pliants…

L'offensive dans le développement d'écrans non rigides est d'une intensité telle qu'elle pourrait prendre les traits d'un signal révélateur...