Accueil / Actualité / L’Afrique comble son retard numérique à marche forcée

L’Afrique comble son retard numérique à marche forcée

Les auditeurs de Deloitte dévoilent une étude dédiée aux évolutions en Afrique des usages, de consommation et de marché dans le secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) en 2018.

Première leçon dans deux ans seulement 660 millions d’Africains devraient être équipés d’un smartphone. Aujourd’hui, 80% des usagers de smartphones l’utilisent plus d’une heure par jour.

Deuxième leçon, en 2023, les utilisateurs interagiront 65 fois par jour en moyenne avec leur smartphone vs 50 fois en 2017. Les deux-tiers des possesseurs de smartphones utiliseront des applications de réalité augmentée tels que les filtres selfies.

« L’émergence d’application de réalité augmentée sur le continent africain reste encore balbutiante mais il existe quelques cas concrets. Nous pouvons citer la First National Bank qui a développé une application de réalité augmentée qui indique la distance vers les agences, les contacts et les heures d’ouverture. Ou encore la maison d’édition Afrika Publishers en Afrique du Sud qui a lancé une application de réalité augmentée qui enrichit les livres des lycéens avec du contenu audiovisuel. » constate Karim Koundi, Associé responsable du secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) pour Deloitte Afrique Francophone. Deloitte souligne également l’emploi du Machine Learning grace aux smartphones, en particulier dans le domaine de la Santé.

Troisième point, la mobilité compense l’absence d’infrastructures : 66% des foyers africains sont connectés à Internet via les technologies mobiles, 21% via un Internet fixe et 13% (seulement NDLR) n’ont pas d’Internet à la maison. Quasiment la moitié des Africains utilisent Internet pour suivre des événements en direct principalement sportifs. Néanmoins, seuls 25% sont prêts à dépenser plus de 20$ par an pour regarder des diffusions en direct. Enfin, 20% des 18-24 ans utilisent uniquement leur connexion mobile pour accéder à Internet depuis chez eux.

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.