Accueil / Actualité / L’avenir de l’électronique passe encore par l’Europe

L’avenir de l’électronique passe encore par l’Europe

Entre les marques chinoises et les américains, il n’y a pas ou plus énormément de place sur le marché des composants pour d’autres constructeurs.

Même les Japonais sont sur le reculoir. Aussi l’annonce que vient de faire l’industriel allemand Bosch d’investir un milliard d’euros dans l’édification d’une usine de semi-conducteurs à Dresde est une vraie surprise. Bosch veut monter en puissance et s’imposer sur deux marchés plus que prometteurs, les transports connectés et l’Internet des Objets.  » Il s’agit du plus grand investissement pour une usine dans l’histoire de Bosch  depuis la création de l’entreprise il y a 130 ans », a affirmé par voie de communiqué Volkmar Denner le patron du groupe. L’usine ouvrira ses portes fin 2019 et emploiera 700 personnes.

Bosch est le premier équipementier automobile de la planète. A moins de voir filer ses clients à la concurrence, l’industriel n’avait pas d’autre choix que de créer ses lignes de production. Selon lui, chaque voiture neuve livrée depuis cette année au moins une dizaine de semi-conducteur. Bosch ne part non plus d’une feuille blanche. Il conçoit et usine des puces électroniques depuis un demi-siècle. Reste à voir comment réagira le grand concurrent de Bosch : le français Valéo.

bosh-1-

Enregistrer

Enregistrer

A voir

Autonomy_350

Les transports modernes reviennent bientôt

Le succès de la première édition incite les organisateurs à remettre le couvert.