Accueil / Son & Image / Appareil Photo / Camera / Le dernier-né des Lumix arrive juste pour le printemps. C’est un vrai bon signe, non…?

Le dernier-né des Lumix arrive juste pour le printemps. C’est un vrai bon signe, non…?

Alors que la nouvelle tendance des pleins formats gagne du terrain, le capteur Micro-4/3 fait figure d’alternative plus que raisonnable. La preuve par 6…

DVSM, 7 mars 2022. La taille d’un capteur est-elle un argument qui occulte tous les autres…? On peut en effet remarquer que les industriels de la photo tendent à se concentrer désormais sur les « grands » capteurs, dits « plein format ». Le « plein » en question est assez relatif. Il correspond aux cotes du 24×36 (35mm) devenu un format reconnu comme professionnel (créé en 1924, pour l’argentique bien sûr, il ne l’était pas encore véritablement il y a un demi-siècle, lors de sa montée en puissance jusqu’aux clientèles populaires). Ces capteurs numériques plein format ont même balisé une sorte de nouvelle époque, qui démarre bien, avec des enchaînements « capteurs – processeurs – softwares – optiques » qui constituent les bases d’une histoire de la prise de vue ayant franchi une étape. Mais cela ne retire rien des qualités de combinaisons appuyées sur des capteurs presque déjà plus « classiques ».

Avec ses 17,3 x 13 mm, le Micro-4/3 est déjà un composant capable de recueillir une quantité de photons suffisante pour une bonne exploitation dans un ensemble performant. Avec le Lumix GH6, qui sera à vendre dans les jours prochains, Panasonic ajoute une étape supplémentaire dans la suite futuriste amorcée il y a déjà 14 ans – photo ci-dessus – (le premier Lumix, et donc premier « sans miroir » fut la vedette de la Photokina* 2008). Le capteur du nouveau venu dans la famille Lumix est un 25,2 MP, dont les données sont prises en charge par une nouvelle mouture du processeur Venus Engine. Armé d’une double stabilisation, il est aussi, répondant à l’attente d’une clientèle ne se limitant plus à la seule photo, très ouvert à la prise de vue vidéo, avec des aptitudes d’enregistrement interne et d’un enregistrement illimité en tous formats. Impossible de faire le tour complet des innombrables atouts de ce joli joujou, qui est de surcroît bienvenu en plein cœur de son époque, à un niveau convenant à des utilisateurs très exigeants, qui ne seront pas restreints avec la panoplie d’une bonne trentaine d’optiques disponibles, et pour des budgets qui restent dans le périmètre économique des amateurs (mais conviendront aussi à pas mal de professionnels). Annoncé à 2199 euro nu, le boîtier est inscrit en prix possible, à 2399 euros avec un 12-60mm F3.5-5.6, ou 2799 euros avec optique Leica DG12-60mm F2.8-4.0.

* La Photokina, le plus important au monde des salons dédiés à la photo, tenu à Cologne, (Allemagne), aujourd’hui disparu du fait de l’écroulement de pans entiers de l’industrie photo, confrontée à l’arrivée en masse des smartphones.
Source DVSM

 

A voir

Photo et vidéo, un combat acharné entre optique et électronique, à l’issue prévisible.

En verre et contre tout, l'objectif photo avait jusqu'à ces dernières années assez bien résisté.