Accueil / Actualité / Le plus difficile est sans aucun doute pour demain.

Le plus difficile est sans aucun doute pour demain.

Les mesures d’isolement arrivent au terme de ce qui était supportable, et les abandonner fait apparaître un inquiétant mélange de liberté retrouvée et de menace non éteinte.

 DVSM, 26 avril 2020. Nul aveuglement n’est permis, c’est bien en raison d’une situation économique et sociale devenant gravissime, et non suite à une victoire sur le coronavirus, qu’un retour à une situation moins pénalisante est tentée, en France comme dans d’autres pays. L’accumulation des non-recettes et des promesses d’aides et de compensations ne peut se poursuivre à l’infini. Notamment parce que lorsqu’un gouvernement, le nôtre ou tout autre, s’engage à coups de milliards à éponger les dommages, il le fait au nom de son Etat, ce qui ne signifie rien d’autre que par les moyens de ses propres citoyens, individus et entreprises. Le début de sortie de crise est donc l’entrée dans une période aussi compliquée qu’incertaine. Les économistes, certainement moins partagés dans leurs avis que les épidémiologistes et les grandes autorités médicales, reconnaissent que le retour à l’activité va, au moins pendant un « certain » temps (donc, un temps particulièrement incertain) s’appuyer sur des exploitations déficitaires. Les aides seront-elles prolongées pour les structures remises en route, et parmi lesquelles il faut s’attendre à voir des gestions plus performantes que d’autres…? Ou encore des petits malins profiter des circonstances pour se livrer à des manœuvres plus ou moins élégantes.? 

Entre les pertes déjà enregistrées et les conséquences sociales (notamment chômage), les latitudes des uns et le pouvoir d’achat des autres risquent de créer des conditions fort différentes, et bien moins porteuses que celles connues avant que notre virus le plus cher (dans le sens « onéreux ») ne vienne semer la panique à bord de la planète. Sans le moindre doute, la période qui s’ouvre n’est pas sans péril, d’autant que plane toujours cette ombre d’une contagion mal éteinte. Face au virus, non seulement personne n’a encore gagné la guerre, et pas même une simple bataille.

Source DVSM

 

A voir

Télévisions, le tissu européen des chaînes TV est dense. Serait-il arrivé à son apogée ?

La télévision classique, dite "linéaire", perd doucement des points, sans pour autant être menacée de disparition.