Accueil / Actualité / Le terrain: ça sonne le creux dans un mois de janvier ou le commerce frissonne…

Le terrain: ça sonne le creux dans un mois de janvier ou le commerce frissonne…

Est-il juste de s’étonner d’un calme que le passé récent ne pouvait qu’annoncer ? Vide et Covid riment avec insolence, mais pouvait-on rêver mieux…?

DVSM, 21 janvier 2021. Grand concert de lamentations. Les soldes ont commencé dans une ambiance plus que morose, que les conditions sanitaires et conjoncturelles ont contribué à installer lourdement, et les stratégies du terrain un peu aussi. Les galeries marchandes laissent passer les courants d’air. Et dans le souffle, certains entendent la rumeur d’une remise sur le tapis sur les conditions tarifaires appliquées aux cellules. Rarement autant de vents contraires se sont accumulés pour plonger une période d’après fêtes traditionnellement et logiquement en repli. Les très fortes poussées des contaminations ont fait tomber une chappe de plomb que seuls, les impératifs d’achats des consommateurs avaient un peu combattu. Sans recul flagrant des angoisses pandémiques, et avec des cafouillages côté mesures, un début d’exercice meilleur ne pouvait lucidement être attendu. Hélas, la montée en flèche du coût des carburants et des hausses de prix constatées ou prévues ont jeté leur petite dose de rafraichissant supplémentaires sur les ultimes ardeurs acheteuses qui pouvaient subsister. L’heure n’est pas à se laisser aller à n’importe quelle légèreté dépensière. Les chalands l’ont bien compris.

Au-delà de cette situation que tout le monde connaît, peut-on oser rappeler de surcroît que des opérations telles que celles d’Halloween ou du Black Friday, très justement mises en place au moment où les ménages ont de bonnes raisons de faire des achats, sont implicitement comprises comme venant compenser des périodes de soldes déjà en mauvaise posture depuis plusieurs années. Ces reports « en amont » ne peuvent que se retrouver sous forme de calmes « en aval » qu’il est un peu hypocrite de qualifier d’inattendus. Pour enfoncer ce clou d’une situation en partie préfabriquée, l’état de promotion omniprésente et quasi permanente ajoute son pesant de ralentissement, sans doute le symptôme d’une concurrence très effervescente entre canaux, ce que confirme la décision hautement annoncée de Lidl d’aligner le prix de sa baguette de pain sur les 29 centimes de la mie Leclerc.

Source DVSM

A voir

Réussir son Onboarding : un élément stratégique de sa politique RH

L’onboarding de nouveaux talents est un élément stratégique qui doit être au centre des attentions des recruteurs.