Accueil / Actualité / Le terrain, une revanche inattendue du couple centre-ville et commerce physique.

Le terrain, une revanche inattendue du couple centre-ville et commerce physique.

Qui va à la chasse perd sa place. Presque tout le commerce avait déserté boulevards et avenues. D’autres manifesteraient-ils l’envie d’y reprennent place…?

 DVSM, 2 décembre 2019. Non, le centre-ville n’est pas encore en passe de reconquérir son attrait passé pour toute la consommation, loin de là. Mais alors que bien des villes moyennes, pénalisées par la migration des commerces en périphéries et le plus souvent dans des communes limitrophes (bye-bye les recettes de fiscalité locale) ont revu leur copie en termes d’accessibilité, de stationnement et d’incitations économiques diverses, des atomes d’un possible changement surgissent. En effet, voilà que certains acteurs du terrain, qui ne boudent pas pour autant les zones commerciales environnantes, ne rechigneraient plus sur d’éventuelles implantations dans le cœur vivant des cités. C’est ce qu’ils affirment. Cœur vivant ou en passe de le redevenir, peut-être en partie grâce à eux. Le géant scandinave du bois au détail et du meuble à construire soi-même Ikéa* a développé un « concept » pour le centre-ville. Il a pris position dans le quartier de la Madeleine à Paris (photo), mais pas seulement, et se félicite du succès de cette nouvelle voie, qu’il entend prolonger parallèlement à une stratégie offensive sur le on-line. Mais d’autres s’incrustent aussi là où on ne les attendait pas, puisqu’on n’y attendait plus personne.


La très dynamique enseigne venue de l’autre pays du fromage, Action, est de ces nouveaux et occasionnellement motivés par de telles implantations. La volonté affirmée par cette entreprise hollandaise de se développer bien au-delà sa présence déjà dense sur notre territoire permet d’imaginer non seulement une activité, mais aussi un trafic retrouvé, non plus pour un commerce traditionnel, mais par le goût affirmé des chalands pour le pas cher. Une démarche citadine que poursuit aussi de-ci delà la bouillonnante spécialiste allemande du hard-discount Lidl. Des initiatives qui, de surcroît, démontrent qu’il y a encore une vie ailleurs que dans le commerce en ligne. Voilà des points intéressants qui méritent une attention, ne serait-ce que pour voir s’ils se prolongent au-delà de l’épiphénomène.

Ces démarches illustrent donc une sorte de soupçon de revirement qu’il faudra bien sûr confirmer. Les décisionnaires de ces entreprises (qui ne se limitent pas aux trois exemple cités) ont sans doute observé une attitude finalement opposée aux prévisions les plus défaitistes, pour des démarches de clients qui veulent voir, toucher, et emporter immédiatement. Acceptant même la nécessité de se déplacer, ce qui ne diffère pas beaucoup des pratiques du e-commerce. Si de nombreuses livraisons se font au domicile du client, d’autres utilisent des points relais où, naturellement, il faut se rendre pour mettre la main sur tout achat.

* Pour l’essentiel, le mobilier hors literie et fauteuils, mais cuisine incluse, de le géant suédois se résume à vendre… du bois au détail, découpé, prêt à assembler. mais du bois…

Source DVSM

A voir

Maison connectée, Enki s’entend très bien avec sa copine, la célèbre Alexa…

L'initiative fort bien pensée de Leroy-Merlin n'en finit plus d'élargir son périmètre opérationnel....