Accueil / IT Business / Le Vatican réinvente les indulgences

Le Vatican réinvente les indulgences

Ce n’est peut-être pas une actualité corporate, mais elle définit assez bien l’évolution de la société pour figurer ainsi dans la section pro.

A l’occasion des Journées mondiales de la Jeunesse à Rio, le Vatican propose de suivre le compte Twitter du Pape, et pour les catholiques les plus assidus, il sera possible ainsi de recevoir des «indulgences » qui réduiront leur passage au purgatoire !

Cette nouvelle devrait ou faire frémir les plus croyants, ou bien enchanter les moins. Mais tout ceci est déjà de l’ordre du vécu. Et cela ne date pas d’hier ! Pour comprendre, il faut déjà se reporter un peu à l’histoire des « indulgences ». L’indulgence, dans la pratique de l’Église catholique romaine, est la rémission totale ou partielle devant Dieu de la punition temporelle pour les péchés pardonnés. Ainsi, pour un péché non mortel, il est possible de se voir attribuer une indulgence.

Ce que le Pape Benoit XVI propose ici par le biais de la très sérieuse Pénitencerie Apostolique, un organisme chargé des questions relatives à la rémission des péchés, n’est autre que la version Online d’une coutume longtemps pratiquée. En effet, au milieu du XIeme siècle, on monnaie des dispenses à diverses obligations, les sommes ainsi récoltées financent des édifices religieux. Ainsi la Tour de beurre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen doit son surnom à la vente des dérogations accordées pour consommer des matières grasses pendant le carême.


De plus en plus en cours dans le milieu du 16e siècle, les ventes d’indulgences avaient favorisé l’émergence de la fronde de Martin Luther et donc du Luthérisme. ..Aujourd’hui, elles reviennent donc sous formes numériques et gratuites…

Comme quoi, le Net et ses usages reprennent tôt ou tard, ce qu’il fut fait il y a des centaines d’années…

M.G

A voir

e-com-1-380

Le mobile affole littéralement les Chinois

Selon les observateurs d’eMarketer, l’an prochain les internautes chinois dépenseront 1 462 milliards de dollars en ligne, en hausse de 29% sur cette année.