Accueil / Actualité / Les fake news ont la peau dure

Les fake news ont la peau dure

Selon une étude menée par Qlik, spécialiste de la Data & Analytics, 39% des salariés français admettent avoir des difficultés à différencier les informations réelles des manipulations. Plus préoccupant encore, 28% des individus continuent de prendre l’information dans les médias et sur leur lieu de travail pour argent comptant tout en sachant que les fake news sont légions sur Internet. Les deux tiers des Français se sentent submergés dans leur vie personnelle.

Parmi les informations qui les préoccupent surgissent en priorité : l’épargne (21%), les données liées aux dépenses quotidiennes (20%), les réseaux sociaux (19,5%) et la presse (19%).

L’incapacité à interpréter des données, est un frein dans la vie quotidienne des employés, mais elle a également des répercussions sur leurs performances au travail. La maitrise de la donnée est devenue un atout indéniable puisque que plus des trois quarts (77%) des personnes possédant de solides compétences en matière de données excellent dans leur poste actuel, comparativement à 35,5% de l’effectif total.

Les 16-24 ans sont ceux qui luttent le plus (59%) pour différencier le vrai du faux. Ils sont également les plus touchés par l’afflux du nombre de données dans leur vie personnelle. Ils sont les moins aptes à l’acquisition de données : 10% fait entièrement confiance dans ses compétences en matière de données, ce qui nuit à leur capacité à faire face aux tâches quotidiennes.

« Le fait de pouvoir exploiter convenablement l’avalanche de données à laquelle nous sommes confrontés est déjà un premier pas pour distinguer le vrai du faux. Aujourd’hui, les formations et les outils existants permettent ce premier niveau d’analyse et de discernement. Les solutions analytiques liées aux objets connectés qui remontent des données sur la santé, ou nos performances sportives sont un bon exemple de cette évolution et de notre appropriation de l’analyse de nos données dans notre quotidien » ajoute Angelica Reyes, directrice marketing de Qlik. 

 

A voir

Taster trouve les moyens de ses ambitions

Taster crée et déploie des concepts de restauration dédiés à la livraison en s'appuyant sur des plateformes comme Deliveroo ou UberEATS.