Accueil / Actualité / Les notebooks vont-ils se plier aux tendances ou aux attentes des utilisateurs…?

Les notebooks vont-ils se plier aux tendances ou aux attentes des utilisateurs…?

DVSM, 13 janvier 2022. Des techniques numériques à l’origami, n’y aurait-il qu’un pas…? L’écran pliant est une réussite incontestable sur un plan purement technique. Son utilité, notamment à travers ce que l’un des principaux fournisseurs (Samsung) ne cesse de souligner, est, et probablement se limite, à la possibilité d’obtenir un écran plus grand dans un encombrement transportable plus réduit. Défendable pour un smartphone (mais encore à démontrer en ce qui concerne les ventes), l’atout l’est-il autant pour un ordinateur portable ?

Oui, éventuellement, pour regarder un film dans l’Airbus 350 qui emmène un passager vers Hong-Kong, Séoul ou Tokyo. Voire à Las Vegas, pour miser quelques centimes sur les pistes de blackjack. A condition de pouvoir « s’étaler ». Mais en argument de linéaire, ce plus-produit supposé, pas trop commode à mettre en évidence, c’est mois sûr. L’offre se doit d’aller à la rencontre des attentes des chalands. En la matière, et selon ce qu’expriment certains habitués de ce qui fut jadis baptisé « ordinateur de cuisses », (selon nos interlocuteurs, ce qui n’a pas la valeur d’un sondage mais reste un important point de repère), les améliorations souhaitées avec des équipements qui sont déjà bien au point, se situerait plutôt dans l’utilisation et ses tracas quotidiens.

Une initiative d’Asus est venue réveiller ces questions latentes. La valse des identifiants et des mots de passe, les systèmes d’exploitation qui transforment l’outil en un terminal fait pour s’abonner à des softs et des contenus, les miasmes qui obligent à multiplier des logiciels de protection qui tendent à prendre le pouvoir… On se croirait un peu à Paris où, moins que le style ou la technique du véhicule, c’est pouvoir s’en servir, circuler, se garer, éviter trottinettes et vélos fous qui est devenu le souci principal. Oui, mais pour un industriel, s’afficher comme le premier sur un créneau ressemble au graal communiquant le plus sublime. Le constructeur n’annonce d’ailleurs pas son pliable pour tout de suite, mais pour le courant de l’année, moment où il ne sera peut-être plus seul sur ce petit coin de segment.

Reste le prix, qui devrait se situer aux alentours de 4.000 euros, pour un 17 pouces. Contrairement à ce que certains lecteurs pensent déjà, ce n’est pas un handicap, mais probablement le principal atout du joujou. En effet, il existe pour toutes catégories un frange de clientèle qui, pour assumer son côté défricheur ou seulement pour frimer, est prête à mettre sur la table ce qu’il faut pour concrétiser cette tendance. Pour une fois qu’un fournisseur met en place un produit fait non pour vendre moins cher, mais l’inverse, il serait dommage et même professionnellement coupable de ne pas en profiter. Entre nous, ça ne fait pas un pli…!​ Y.D.

Sources DVSM

 

 

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.