Accueil / Actualité / Les objets connectés sont trop chers et pas assez simples…!

Les objets connectés sont trop chers et pas assez simples…!

Et même, ça se complique. Ce qui ne facilite pas les ventes de ces innovations qu’une majorité considère pourtant comme étant une révolution.

DVSM, octobre 2018 – 8 consommateurs sut 10 ont renoncé à un achat d’objet connecté jugé trop cher pour son utilité. C’est cette proportion (79% exactement) que met en lumière une enquête de l’IFOP servant à l’établissement du baromètre Boulanger. Sujet que nous avions déjà évoqué il y a peu, les objets connectés sont aux yeux de la clientèle des instruments certes prometteurs, mais également plutôt compliqués. Pire, le sentiment de complexité  s’accroît…! Ainsi, 32% d’entre eux trouvent leur installation complexe, et même désormais 19% la jugent franchement énervante.

Du fait d’une diffusion vers un public de plus en plus large, les utilisateurs technophiles sont moins nombreux en proportion. Si 38% reconnaissaient il y a 2 ans aller chercher des contenus gratuits (internet, magazines…) ou demander de l’aide à des proches, ils sont désormais 45% à en faire tout autant pour l’installation ou l’utilisation. Et si, en 2019, 48% affirmaient ne pas utiliser toutes les fonctionnalités de ces objets, ils sont à présent 64% à reconnaître cet écueil. De longue date, l’électronique, et maintenant le numérique, ont partiellement échoué dans la manière de se mettre à la portée du plus grand nombre. On se rappelle de ces magnétoscopes que bien peu d’utilisateurs parvenaient à programmer.

La farandole des identifiants, des mots de passe (souvent laissés dans leur terminologie anglaise de « password »), et encore davantage des clés WEP  et autres IP ne deviendra jamais un univers familier et maîtrisé par le commun des mortels. En résumé, les fabricants doivent comprendre que leur travail de conception et de mise au point n’est pas terminé lorsque la simplicité est tronquée. Loin d’être un détail, il s’agit d’une colossale défaillance, qui leur coûte cher (renoncements aux achats…) et tend à rendre assez peu sympathique cet univers aux yeux du public. L’acheteur « ordinaire » veut des produits « finis », pour les exploiter, et non pour résoudre des énigmes.

Source DVSM

 

A voir

L’expression usuelle « bout du fil » ne veut plus rien dire

Ligne de vie, mort de ligne… La téléphonie de bien avant grand papa commence à mourir. Mais c'est peut-être idiot…