Accueil / Actualité / Les revendeurs spécialisés font-ils naufrage…?

Les revendeurs spécialisés font-ils naufrage…?

Les plus récentes enquêtes sur les intentions d’achats des consommateurs mettent en lumière une bien faible attirance du public pour les spécialistes photo. Cruel…?

 DVSM, octobre 2018 – Les temps sont durs pour le créneau des points de vente spécialisés en photo. Et voilà plus de 15 ans que cela dure. Si l’avènement du numérique fut au début du nouveau siècle un moment très destructeur pour les « spés », au moins, la cause de leurs soucis était claire. Appuyant une part très importante de leur activité sur les travaux, la disparition de ces derniers avait conduit à la chute de milliers d’intervenants sur le terrain. Le second choc, dû à l’offensive réussie du monde des smartphones a propagé une nouvelle révolution dans tout le métier, et notamment dans l’industrie. Seule, la vraie, la grande, la noble photo semble finalement tirer son épingle du jeu. Et pourtant, les spécialistes ne semblent pas profiter de cette évolution vers une photo moins « volumique » mais plus solide.

Il n’y a pas pire épreuve pour un créneau de distribution que de perdre les attentions de son public de prédilection. C’est pourtant ce que révèle une enquête toute récente*, qui ne va pas faire plaisir aux victimes que sont les spécialistes photo. Dans leurs intentions d’achats pour des équipements photo, les consommateurs visent à 87% des réseaux généralistes ou multispécialistes. Ainsi, 14% iront probablement acheter leur équipement dans les GSA, 48% dans les GSS, et 25% sur le net. Reste 3% pour les « spés ». Ce qui ne remet pas en question leurs aptitudes à travailler avec rigueur et savoir-faire les gammes de produits, mais plutôt leurs capacités à adresser et attirer les clients.

Rarement (ce n’est pas nouveau) installés dans les lieux de grande commercialité (notamment les centres commerciaux, pour d’évidentes raisons de coût), désormais assez peu nombreux pour médiatiquement « faire du bruit », ils ne peuvent qu’être à la peine pour compenser, ce qui serait pourtant fort utile, les incroyables et même impardonnables défaillances des réseaux pour lesquels le public manifeste une préférence. Ce constat est préoccupant, dans le sens où, dans un monde commercial que la bonne volonté ne suffit pas à maîtriser, les solutions pour renverser la vapeur ne sont guère évidentes. Sans un impact auprès du public le plus large, l’horizon est sombre.

* GfK

Source DVSM

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...