Accueil / Actualité / Les startups ont enfin un baromètre

Les startups ont enfin un baromètre

Le géant du service informatique Capgemini Consulting et la banque eCap Partner ont décidé de publier un baromètre interactif des startups du numérique en France. Les deux compères ont scruté un millier d’entreprises âgées de moins de sept ans liées au numérique et qui ont déjà procédé à une levée de fonds auprès d’un spécialiste du capital risque. Au total les entreprises du panel ont procédé à deux mille levées de fonds auprès de 500 investisseurs pour un total d’un milliard d’euros. Soit deux fois plus qu’en 2014. Le baromètre constate que les investisseurs nationaux se sont bien structurés afin d’augmenter leurs activités. Les fonds sont destinés à l’ensemble des secteurs, de l’agriculture à l’industrie. L’Ile de France concentre 61% des sartups loin devant PACA et Rhône-Alpes (17% chacune). Les secteurs les mieux représentés sont le marketing et la communication (16% des startups), l’industrie du culturel, l’image et les médias (9%), ainsi que les applications et technologies d’entreprises (8,3%). Les startups se concentrent davantage sur le BtoB (58%) que sur le BtoC. En moyenne, les startups procèdent à leur première levée de fonds au bout de deux ans d’activité, pour un montant moyen d’1 M€.

su

Enfin, le baromètre a sondé l’activité des 500 financiers des startups. Les fonds d’investissement se taillent la part du lion avec près de 60% des transactions réalisées en 2015, sur des levées d’un montant moyen de 3,8 M€. Les business angels concentrent leurs investissements sur des startups plus jeunes (2.4 ans en moyenne) et sur des levées plus limitées (1,5 M€ en moyenne). Les entreprises préfèrent investir dans des startups justifiant d’au moins trois exercices avec des montants plus conséquents : 6,7 M€ en moyenne. Les banques publiques d’investissement ont un positionnement assez comparable avec des montants moyens de 5,6 M€). A noter que 53% de leurs investissements se portent sur des statups provinciales. Le crowdfunding se développe mais ne concerne que 6% des levées de fonds en 2015. CapGemini et eCap soulignent enfin que les investisseurs étrangers s’intéressent aux pépites technologiques tricolores. Ils sont présents sur 14 % des levées de 2015, en augmentation de 30%. Le baromètre les rencontre surtout sur des opérations conséquentes de 8,3 M€ en moyenne.

A voir

BP-1-

French Tech Accélération réalise son dixième investissement

Le Fonds French Tech Accélération géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir...