Accueil / Actualité / Les TV connectés seraient plus séducteurs que les mobiles pour la publicité.

Les TV connectés seraient plus séducteurs que les mobiles pour la publicité.

Combien de spectateurs devant un écran ? Cette question est au centre d’une constatation clé, à laquelle échappe pourtant le territoire français.

– DVSM, 17 mai 2021. Voilà encore une exception française, preuve que l’Hexagone ne fait rien ou presque comme les autres. Des enquêtes récentes viennent de mettre en évidence un élément moteur pour ce qui, en partie, permet de financer ce qui se glisse dans les écrans, tous les écrans, la publicité. Selon les professionnels de ce secteur, en Europe, le téléviseur connecté présenterait des vertus capables d’en faire un instrument bien plus efficace que les smartphones, tablettes et notebooks. Pour une raison simple et « présentable ». Il y a en général plus de personnes devant l’écran du salon que regardant un contenu sur un équipement à vocation individuelle. Moins « présentables », mais quand même pris en compte, les arguments relatifs aux comportements. Un individu seul avec un « device » va plus vite à chasser l’intrusion publicitaire que ne le ferait un auditoire collectif, tel papa, maman, les enfants, voire la bonne, où ne peut que s’instaurer au préalable une envie de zapper majoritaire. De plus, clavier ou écran tactiles permettent une réaction commode et immédiate.

Et pourtant, comme certains nuages radioactifs jadis, cette tendance butte sur les frontières de l’Hexagone. En effet, les opérateurs de télécommunications ont depuis des années pris en charge un marché juteux et fort captif, en généralisant les offres de triple-play (téléphonie IP, accès à Internet et bouquet TV), et donc l’utilisation d’une armée de « box ». Petits terminaux qu’une écrasante majorité de foyers utilisent quotidiennement, profitant par le truchement de cet accessoire des interactivités par ailleurs exploitées sur des smart-téléviseurs. Toutefois, ce schéma pourrait éventuellement évoluer avec l’avènement de la 5G. Certaines hypothèses s’appuient en effet sur une possible migration des transmissions des réseaux haut débit et fibre vers les structures de la 5G, ce qui pourrait entraîner une amorce de fin de vie pour des box qui d’ailleurs, ne semblent plus faire l’objet de développements techniques d’importance.

Source DVSM

A voir

Les éclairages à leds solaires sur la trajectoire d’une colossale croissance

Une véritable révolution technique, avec des facettes écologiques, d'autres moins, est en marche. La croissance de ce créneau s'annonce vertigineuse.