Accueil / Actualité / Les versions Oled et Qled semblent sauver les meubles…

Les versions Oled et Qled semblent sauver les meubles…

L’ex-petite lucarne devenue grande conserve son rôle de produit majeur dans l’EGP. Taille et technologies d’écrans soutiennent un chiffre d’affaires fragile.

DVSM, février 2019 – Dans l’assez vaste domaine de l’électronique et du numérique, le téléviseur n’est plus la clé de voûte des recettes « sorties de caisses ». Avec, sur le marché français, des ventes en valeur pour 2018 ayant atteint 2,1 milliards d’euros, en croissance de 6%, l’écran du salon (ou de la chambre, de la cuisine, etc.) pèse 3,6 fois moins que les smartphones (7,6 Mds), 2,5 fois moins que le hardware dans l’IT. Faut-il s’en étonner…? Probablement pas, car les foyers sont largement équipés en versions relativement modernes (HD) et sur les petites tailles, une concurrence significative se fait sentir avec les équipements à écrans tels que les tablettes et les ordinateurs (notebooks, ultra-plats…) sur lesquels les statistiques d’audiences sont révélatrices. Il faut donc des événements pour soutenir le chiffre, ce qui a été le cas en 2018 avec le Mondial de football.

Selon GFK, ce grand moment sportif (avec victoire française) aurait provoqué un pic d’achats estimé à 200.000 pièces environ. Hélas, les exploits parisiens d’un faux-policier qui ont engendré une crise gouvernementale non terminée a monopolisé les attentions dès le lendemain de la victoire des Bleus, émoussant peut-être les motivations qui auraient pu prolonger le grand moment du ballon rond.

Le renouvellement est lui aussi générateur de valeur. Incontestablement, les grands écrans avec des définitions élevées et des forts contrastes séduisent les clients. Et c’est aux 200.000 pièces « OLED » ou « QLED » vendues que l’on doit une bonne part de la croissance en valeur pour l’année écoulée. Il est clair que les utilisateurs optent pour des versions plus performantes en cas de changement d’équipement. Une tendance qu’il faut impérativement encourager, pour ne pas voir les recettes s’effondrer. Car, en France comme partout dans le monde, la saturation ne permet pas de prévoir mieux qu’une stabilité ou même quelques érosions.

Source DVSM

A voir

Huawei : rude la paix, passage obligé pour une sereine conquête…

Étonnant…! On s'étonne à qui mieux mieux, de gazettes en éditos, à propos d'un plongeon probable du géant chinois....