Accueil / Actualité / L’Europe du Numérique fait un sacré bond en avant

L’Europe du Numérique fait un sacré bond en avant

Amis lecteurs, réjouissez-vous.

Bientôt, vous pourrez regarder dans l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne les contenus proposés par vos fournisseurs d’images. La règle s’applique immédiatement. Nous pourrons regarder Canal +, Netflix, Beine Sport et autre pendant nos vacances ou nos déplacements partout dans la Communauté Européenne. Le règlement s’applique à tous les contenus, peu importe les droits économiques souscrits par les télévisions, les opérateurs et les états.

Tous les résidents européens pourront « regarder des films ou des émissions sportives, écouter de la musique, télécharger des livres électroniques ou jouer à des jeux lorsqu’ils se rendent dans d’autres pays de l’UE pour un voyage ou un séjour temporaire ». La règle s’applique même aux travailleurs transfrontaliers, qui auront accès en permanence aux programmes disponibles dans leur pays de résidence. La Commission Européenne approuve le règlement adopté par le Parlement.

Le texte est la conséquence logique de l’abolition du roaming sur les communications téléphoniques. Il s’agit aussi de lutter contre les procédés illégaux (mais rémunérateurs) qui permettent de détourner les accords passés entre les pays, et avec les plateformes. Impossible de regarder via Internet la diffusion d’un évènement sportif et culturel par une télévision française dans un autre état que le nôtre, par exemple.

A moins de contourner l’interdiction par une solution de déblocage géographique, par un VPN ou de recourir à des plateformes de streaming illégales. « Nous avons posé un nouveau jalon vers la création d’un marché unique numérique et d’une société numérique européenne unie, accessible à tous nos citoyens et bénéfique pour nos entreprises », se sont félicités mardi dans un communiqué commun des commissaires et parlementaires européens.

 

A voir

Centre-ville, qui peut redynamiser le commerce des avenues…?

La réponse est simple, c'est le commerce lui-même qui peut réagir, à condition de ne pas trop attendre.