Accueil / Actualité / L’homme qui en savait trop…

L’homme qui en savait trop…

 Dans l’affaire, l’affaire qui soulève bien des questions…

 Comme dans bien des épisodes de toutes natures devenus des « affaires », la révélation des failles dans les microprocesseurs de la firme Intel ne peut que réveiller des curiosités innombrables. Elle se produit en effet avec en filigrane l’étrange comportement de Brian M. Krzanich, CEO d’Intel depuis mars 2016, et successeur de Paul Otellini. Selon les révélations qui ont inondé la presse sur tous les continents, ce dirigeant se serait « débarrassé » de tout ce qu’il pouvait en actions et stock-options d’Intel quand la valeur de celles-ci n’étaient pas encore affectée par la révélation sur les maudites failles.

Dès lors, Brian M. Krzanich savait-il que ces failles existaient et qu’une fois connues, elles provoqueraient probablement une chute des cours de l’entreprise…? Impossible de répondre négativement, puisque par ailleurs, celles-ci auraient été identifiées officiellement depuis juin 2017. Et peut-être avant, en interne. Ce qu’un CEO peut difficilement ignorer, d’autant plus que ses subordonnés ont inévitablement dû lui poser la question délicate : « Patron, qu’est-ce qu’on fait…? »

Partant de ce point, des processeurs « à failles » ont-ils été livrés en connaissance de cause aux fabricants de produits (smartphones, tablettes, ordinateurs, consoles…) ou leur aurait-on caché ce petit détail…? Et dans l’enchaînement logique, ces fabricants ont-ils continué à produire et à vendre des équipements dotés de ces processeurs, en ignorant les failles (ce qui en ferait des victimes), ou en en ayant connaissance (ce qui en ferait des vendeurs pour le moins peu scrupuleux envers la clientèle).

Sur les deux failles révélées, si l’une semble pouvoir être éradiquée par voie de soft, l’autre, selon les différentes annonces et analyses relatées par les médias, ne pourrait pas être corrigée. Va-t-on vendre aux clients des équipements présentant un curieux « vice non caché », un peu comme un constructeur d’automobiles vendrait un véhicule dont tout le monde sait qu’une roue peut se détacher…?

Et les autres…? Reste cette autre question pour l’heure sans réelle réponse. Il a été indiqué que des failles existaient dans les processeurs d’Intel et d’autres provenances. La liste, S.V.P….! Dans cette histoire, et si l’on oublie l’élégance, on s’aperçoit que le possible, mais pas certain, réflexe salvateur de Brian M. Krzanich n’est certainement pas le plus important des volets de cette étonnante mésaventure.

Source DVSM

I-12-

 

A voir

Quand des drones volent plus bas que les pâquerettes…

Il y a drone et drone. Problème de vocabulaire...