Accueil / Actualité / L’IDATE sonde de nouvelles zones géographiques

L’IDATE sonde de nouvelles zones géographiques

Pour le think tank français des télécommunications, il fallait observer de près les capacités de deux grandes zones géographiques, l’Afrique et le Moyen-Orient. L’étude commence par le préambule d’usage. Nous parlons de zones immenses, très diverses à tous points de vue. Rappelons que plus de la moitié des pays de ces zones comptent moins de 10 millions d’habitants, soit des tailles de marché réduites. L’Afrique comporte une multiplicité de situations des marchés télécoms ; certains pays victimes des conflits, tels que l’Érythrée, le Sud Soudan, la RDC ou la Centre-Afrique ont des densités mobiles (parc de cartes SIM / population) très faibles, de moins de 50 %.

Les pays les plus avancés sont les pays du Golfe avec une maturité parfois supérieure aux pays développés. Les pays situés au nord et au sud de l’Afrique sont plutôt en avance, alors que l’Afrique centrale est globalement en retard.Certains pays profitent d’une croissance forte du nombre d’abonnés mobiles. Par exemple 83% des 186 millions de Nigérians sont titulaires d’une carte SIM et le parc devrait croître d’environ 25 millions d’ici 2021. Malgré la pauvreté des pays comme le Congo et l’Ethiopie voient le nombre d’abonnés mobiles augmenter rapidement : plus 14 millions au Congo et plus 32 millions en Ethiopie d’ici quatre ans.

Même si chaque zone recouvre souvent des pays à différents stades de développement des TIC, il est possible de dresser des grandes tendances par zone. Ainsi, le Moyen-Orient profite du leadership des pays du Golfe, avec des équipements/usages similaires à ceux des pays développés et des ARPU élevés. Cette zone représente, avec 48 milliards € en 2016, près de la moitié du marché des télécommunications de la région Afrique/Moyen-Orient. Cependant, compte tenu de la maturité avancée des marchés, la croissance sera de moins de 1,4 % par an jusqu’en 2021.L’Afrique du Nord a connu un fort développement des TIC, avec notamment des pays comme l’Égypte, le Maroc et la Tunisie.

Au Maghreb, la croissance restera soutenue, à hauteur de 2,2 % par an en moyenne jusqu’en 2021. L’Afrique subsaharienne est la zone la moins équipée. D’ici cinq ans, le parc mobile devrait croître de plus de 200 millions de cartes SIM supplémentaires. Selon nos prévisions, la croissance sera de 4.2 % en moyenne jusqu’en 2021. L’Afrique subsaharienne est dominée par l’Afrique du Sud, qui compte pour 20 % des revenus télécoms de la région et est très avancée en matière de TIC, mais connaît un ralentissement mécanique de croissance compte tenu de la maturité du marché. Une exception toutefois : le Kenya, très avancé en matière de TIC.

 

-idate

A voir

Quand des drones volent plus bas que les pâquerettes…

Il y a drone et drone. Problème de vocabulaire...