Accueil / Actualité / L’Internet très haut débit met à mal les Finances Publiques

L’Internet très haut débit met à mal les Finances Publiques

Comme toujours, les grands projets d’infrastructure sont mal chiffrés. Les estimations initiales apparemment raisonnables sont souvent doublées ou triplées à la finale. Surtout quand il s’agit d’informatique et de technologies. Qui se souvient ainsi du ‘’plan câble’’ lancé par Pierre Mauroy, le Premier Ministre en 1982 ? L’affaire avait couté aux contribuables une cinquantaine de milliards de francs pour des résultats quasiment nuls.

Lancé en en février 2013 par François Hollande, le ‘’plan France à très haut débit’’ risque de connaitre un sort comparable. La Cour des Comptes relève que le budget initial de vingt milliards d’euros est déjà dépassé de quinze milliards supplémentaires. Le plan consiste à raccorder 35 millions de foyers et d’entreprises à l’Internet haut débit d’ici à 2022, en portant la fibre jusqu’au client. Entre les lignes, les magistrats de la rue Cambon se demandent si les budgets initiaux n’ont pas été volontairement sous-estimés. Par exemple, les responsables du plan auraient tout simplement omis les coûts de raccordement des locaux sis dans les zones rurales, soit 4,5 milliards d’euros tout de même.

La Cour des Comptes insiste sur la complexité invraisemblable des montages et des intervenants, collectivités locales, entreprises privées ou sociétés d’économie mixte. Ils constatent que la couverture des zones rurales, les moins rentables et les plus complexes, relève de l’Etat et des collectivités locales, alors que les entreprises sont en charge des métropoles autrement plus rentables. Les magistrats comparent également le prix de la fibre optique totale et celui d’autres technologies autrement moins onéreuses. Il est selon eux tout à fait possible de procurer le «haut voire du très haut débit à des conditions de qualité satisfaisantes »avec le réseau existant en cuivre ou le satellite.

Enfin, si l’objectif d’arriver à la moitié du déploiement cette année sera probablement réalisé, la Cour ne croit pas que tous 35 millions de locaux seront câblés dans cinq ans. La faute à un investissement insuffisant du secteur privé. La Cour des Comptes et les Cours régionales des Comptes ont émis onze recommandations pour l’État, l’ARCEP et les collectivités locales.
Les magistrats demandent en particulier qu’il soit fixé des objectifs de débits montants et descendants qu’ils soient possibles d’atteindre avec des technologies alternatives moins onéreuses.

CDC-10-

 

 

 

 

Enregistrer

A voir

esc-1-

Outscale débarque à Hong Kong

Le spécialiste des datacenters et des cloud de type IaaS, partenaire de Dassault Systèmes...