Accueil / Actualité / L’Observatoire des Réseaux d’Initiative Publique se remue avant les présidentielles

L’Observatoire des Réseaux d’Initiative Publique se remue avant les présidentielles

Après deux mois d’enquêtes, La FIRIP (Fédération des industriels impliqués dans la construction et le développement des Réseaux d’Initiative Publique (RIP) en France), la Caisse des Dépôts et l’Idate Digiworld Institute ont présenté les résultats de l’Observatoire annuel des RIP 2017.Premier point positif, le marché se caractérise par un dynamisme conséquent : embauches en augmentation de 35%, CA en croissance de 25% à 1,8 milliard d’euros. De nombreux projets sont en phase de développement. Selon l’Observatoire ‘’des perspectives encore plus prometteuses sont attendues pour les 3 à 5 ans à venir’’Le secteur emploiera plus de onze mille personnes (28 mille en 2022) pour un CA de 2,3 milliards d’euros en 2017 – 11.000 emplois en 2017 et 28.000 en 2022).

Les rédacteurs du rapport augurent même ‘’pour la France de retrouver une place parmi les leaders du numérique en Europe …’’ Aujourd’hui 40% des foyers français profitent de la fibre à 100 Mbit/s contre 67% des foyers de l’Union Européenne. Evidemment, il ne suffira pas de claquer des doigts pour y parvenir. Les besoins sont conséquents. Environ 4,3 millions de prises Ftth doivent être raccordées d’ici à 2020.

Etienne Dugas, président de la FIRIP demande ainsi à l’Etat de sortir du capital d’Orange mais de nommer un ministre du Numérique rattaché au Premier Ministre. Il faudra aussi engager un effort de formation considérable pour trouver les experts dont les RIP vont avoir rapidement besoin. 40.000 personnes restent à former sur l’ensemble du territoire à l’horizon 2020, dont près de 20 000 uniquement sur les RIP. L’Observateur affirme également que le déploiement des RIP devrait se faire à cout modeste pour la puissance publique qui prendra en charge le tiers des investissements (6,5 milliards d’euros) et laissera le gros au secteur privé. La Fédération des RIP constate également que 56% des acteurs veulent rapidement exporter leur savoir-faire.

Autre émanation de la Fédération, le Club Numérique 2017 adresse onze propositions avec candidats. Le club a été créé à l’initiative notamment de Jean Launay (député du Lot), Virginie Duby-Muller (députée de Haute-Savoie), Frédérique Espagnac (sénatrice des Pyrénées Atlantiques) et Patrick Chaize (sénateur de l’Ain).

1.            La création d’un poste de ministre délégué au Numérique auprès du Premier Ministre.
2.            La création de poste d’ambassadeurs du numérique au sein des exécutifs régionaux.
3.            Le renforcement de l’indépendance de l’ARCEP.
4.         La création d’un fonds (alimenté via une taxe sur la facture Internet par exemple) afin de financer le très haut débit sur le territoire.
5.            L’équipement des zones rurales prioritaires en 4G fixe.
6.            La création d’un Grenelle de l’intelligence artificielle.
7.            Un environnement fiscal et législatif favorable à l’économie.
8.           Les procédures administratives doivent devenir accessibles numériquement par défaut.
9.            La création d’une identité numérique et d’un coffre-fort.
10.          L’utilisation de la technologie numérique doit pouvoir servir les déserts médicaux.
11.          Augmentation de 50% par an du nombre d’ingénieurs numériques.

fif-2-

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A voir

Autonomy_350

Les transports modernes reviennent bientôt

Le succès de la première édition incite les organisateurs à remettre le couvert.