Accueil / Actualité / Loewe, vers une vente probable de la marque et des actifs de la firme.

Loewe, vers une vente probable de la marque et des actifs de la firme.

En Allemagne, la mise en vente de ce qui peut être vendu a été déclenchée. Fin de parcours pour un acteur historique…?

 DVSM, 8 juillet 2019. La marque Loewe n’en est pas encore à disparaître. Mais pour l’entreprise créée au début des années 20 du siècle dernier (1923), il en va probablement tout autrement. C’est une issue finalement assez classique pour un constructeur de taille modeste, dont on ne voit pas comment il pourrait lutter contre quelques mastodontes du téléviseur et de l’EGP qui, eux-mêmes, ont bien du mal à maintenir leurs équilibres. Suite à l’avènement des écrans plats et du numérique, lequel a permis une entrée en scène de la haute définition, des accélérations de marchés ont été observées dans la plupart des pays. Mais le soufflé est retombé, et le marché du téléviseur est désormais mondialement à la peine. Beaucoup de grands groupes s’en sont même désengagés.

Dans ce contexte, la valeur ajoutée par des firmes telles que Loewe est devenue assez modeste. Même avec des développements et des perfectionnements très intéressants, certaines réalités sont incontournables. Certes, ajouter des spécificités techniques donnant accès à des usages plutôt hors nomes n’a jamais été à négliger. De plus, un positionnement dans le domaine du luxe, notamment par le style, qui est bien un autre ajout, devrait apporter aussi sa plus-value. Mais l’électronique confond luxe, haut de gamme et technologie de pointe. Quelques années suffisent pour qu’un usage exceptionnel devienne banal et, c’est cruel, bon marché. Un contexte qui suffit à expliquer comment, les unes après les autres, des entreprises un peu particulières en arrivent à butter sur un élément élémentaire, l’arithmétique.

Toutefois, Loewe est une marque « commerciale »* extrêmement connue en particulier outre-Rhin, et il serait bien étonnant que pas un seul investisseur ne soit intéressé pour en acquérir l’exploitation, pour le marché intérieur et éventuellement pour les marchés d’export. C’est dans cette voie que la procédure, suite au dépôt de bilan de la société, et après que toute production ait été stoppée depuis le début juillet, est désormais engagée. Avec sans doute une perspective digne du plus pressant des courts termes, l’IFA, et la manière dont pourrait y figurer (ou non) le célèbre logo. Il convient de préciser que, jusqu’à présent, la procédure ne concernait pas les filiales étrangères (dont la filiale française) par lesquelles un courant d’affaires peut servir de base pour « rebondir ».

* C’est ainsi qu’il convient de désigner une marque, même si elle concerne une industrie. La marque, qui n’est parfois, mais pas toujours, la raison sociale de l’entreprise, est bien utilisée pour en commercialiser les produits.

Source DVSM

 

 

 

 

 

A voir

La haute-fidélité pourrait et devrait bien mieux faire…

L'écoute de la musique sur du matériel performant n'a jamais été davantage que très minoritaire. Une tradition regrettable mais pas inéluctable.