Accueil / Actualité / Made in France et meilleure qualité sont-elles réellement synonymes pour la clientèle ?

Made in France et meilleure qualité sont-elles réellement synonymes pour la clientèle ?

Gare aux excès de confiance et à l’addiction à l’auto-persuasion. Si les équipements français avaient toujours été les meilleurs, cela aurait laissé de traces.

DVSM, 25 juillet 2020. Made in France, Made in France…! Que n’a-t-on utilisé cette formule dans l’espoir de faire croire à nos semblables ce qui n’était pas toujours vrai…! Et peut-être également faire naître chez certains consommateurs un réflexe de culpabilité. En achetant « étranger », ne se rendent-ils pas coupables d’une insupportable traîtrise à l’économie nationale, donc à l’emploi, et pour tout dire, à la patrie ? Origine et qualité se traduisent effectivement par des convictions ancrées dans l’esprit des consommateurs. Mais l’origine France est loin de toujours se hisser au niveau des convictions positives totalement vérifiées. L’un des meilleurs exemples, connu de tous, est celui de l’automobile. Si depuis des décennies, nos concitoyens ont préféré bien souvent dépenser plus afin de s’offrir des Mercedes, Audi et autres BMW, c’est parce que la qualité d’outre-Rhin en la matière laissait loin en retrait celle de notre industrie nationale. Plus cher, meilleur, ce duo induit une certaine forme de prestige. Mais cela a longtemps signifié (et signifie toujours, pour de nombreux individus) d’une manière bien plus terre à terre une plus longue utilisation avec moins de pannes, et une meilleure revente quand le remplacement arrive. De quoi largement compenser le surcoût de l’acquisition initiale.

Au fil des années, diverses origines ont acquis des réputations surclassant toutes les autres. Le Japon, pour ses appareils photo, ses motos ou son électronique, en écrasante majorité des productions plutôt relativement onéreuses, a conquis une image de qualité que peu d’autres nations se sont adjugées. Si à l’heure présente, les choses ont, dans certains segments, évolué dans un sens positif, la raréfaction des productions sur notre sol dans de nombreux domaines ne permet plus guère de corriger les idées reçues à propos de marques installées depuis trop longtemps. En outre, peut-on réellement user d’un argument quasi nationaliste, à la limite d’un soupçon de xénophobie, consistant à sous-entendre « n’achetez pas ce qui vient d’ailleurs ». Et comment serait perçu, au-delà d’une probable inefficacité, un slogan signifiant « Achetez ceci, parce que c’est Japonais » ou « Achetez cela parce que c’est italien… » (sauf pour la mozzarella). Au fait, un équipement photo Leica est-il prisé parce qu’il est allemand, ou pour ses authentiques performances…?

Source DVSM

 

A voir

l’INPI va devenir un nouvel outil pour toutes les formalités, dont la création..

L'Institut National de la Propriété Industrielle se voit confier un rôle inédit, presque là où on ne l'attendait pas, même si celui-ci reste dans le cadre de ses raisons d'être historiques.