Accueil / Actualité / Mémoires, la marque Toshiba disparaît, voici venir désormais Kioksa…

Mémoires, la marque Toshiba disparaît, voici venir désormais Kioksa…

Suite et fin épidermique d’une mésaventure industrielle qui n’est pas sans suggérer quelques autres questions, épineuses et à la limite du correct, surtout en plein été…

 DVSM, 19 juillet 2019. Il y a quelques temps déjà, le groupe Toshiba, après s’être pris les pieds dans des approximations manipulatoires au cœur de sa gestion, avait été contraint de lâcher du lest. C’est ainsi que, pour « éponger », la filiale Toshiba Memory avait été cédée. Nous ne parlons pas d’une petite PME coincée dans une arrière-cour de la banlieue de Yokohama, mais de l’entreprise toujours classée seconde au plan mondial dans le domaine des mémoires flash dite « NAND », un créneau de ce que l’on désigne comme des composants clés. Créneau sur lequel cette firme a joué (et joue encore) durant des années un rôle majeur. Elle vient d’être rebaptisée Kioksa, un patronyme plein de multiples significations élogieuses lyriquement puisées dans les langages antiques de notre monde.

Questions…? Affirmatif, car les petites, moyennes et grosses affaires qui ont porté des coups sévères à certaines firmes de l’Empire du Soleil levant incitent à s’interroger sur un coin de notre planète que certains tentent de faire passer pour plus rigoureux qu’il ne l’est finalement. L’ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, que l’on présente de-ci de-là comme un délinquant hors norme dans ce supposé paradis de l’honnêteté, ne serait-il qu’un « détail » (pardon d’utiliser ce mot par ailleurs légèrement dévoyé) dans le panorama plus tourmenté qu’on ne le croit de cette nation conquérante…? Bon, la Méditerranée, qui se trouve sans doute à deux pas du carré de sable chaud sur lequel le soleil est en train de vous refaire son coup classique, rappelle par ses petits déferlements que l’heure n’est pas à se stresser avec des sujets aussi lointains. Et si, bonne idée, on se retrouvait tout à l’heure pour déguster, arrosé d’un pimpant Château de Selle (l’autre Ott, sans bonhomme rouge), un honnête et rugi…ssant –heu… disons plutôt rougissant- homard…? L’homme reste l’homme, et inversement…

Source DVSM

A voir

Fin du projet EUROPACITY, ne serait-ce rien d’autre qu’une victoire des écologistes…?

Entre activité économique et vivacité écologiste, les atomes ne sont décidément pas réellement crochus.