Accueil / Actualité / Metro met en vente Real. Le terrain allemand en mouvement…

Metro met en vente Real. Le terrain allemand en mouvement…

Beaucoup de choses se recomposent dans la distribution outre-Rhin, à cause d’Internet et de beaucoup d’autres facteurs.

 DVSM, septembre 2018 – Entre l’hypermarché en France et l’hypermarché en Allemagne, les ressemblances sont plutôt rares. Pour comprendre pourquoi le puissant groupe Metro décide de vendre l’enseigne Real, qui peut se décrire comme « l’hyper » à l’allemande, quelques points doivent être soulignés. Comme dans de nombreuses régions du monde, le commerce est en phase d’adaptation à des conditions nouvelles sur le territoire, du fait des évolutions démographiques et de l’avènement du commerce en ligne. A ces grandes lignes s’ajoutent des facteurs locaux. Durant des décennies, notre voisin de l’Est avait maintenu une implantation très centre-ville de son équipement commercial, grâce entre autres spécificités à un coût de l’immobilier commercial (et public) très en deçà de ce qu’il est en France (30 à 40% inférieur). C’est ainsi que des GSS ont pu installer de véritables super-stores au cœur de grandes métropoles (Saturn*, 10.000 m2 au cœur de Berlin, 18.000 à Hambourg…!)

Jadis très réglementées, les conditions d’ouverture jours, amplitudes horaires se sont métamorphosées. En alimentaire, les hypers d’outre-Rhin doivent croiser le fer avec une forte présence du hard discount.

Sur ce plan les choses changent. Les mètres carrés pas cher sont recherchés, et devenant plus rares… augmentent.  Alors que simultanément et depuis quelques années, à la grande réprobation du commerce intra-urbain (avec les incidences politiques que l’on imagine), les centres commerciaux périphériques se développent. Autant de facteurs qui amènent bien des entreprises à revoir leurs concepts. Avec des remises à plat depuis trois exercices, « Real a créé les conditions d’une vie indépendante » estime le groupe Metro. Une manière élégante d’indiquer qu’il préfère passer la main. Olaf Koch, son DG, qui confirme le recentrage du groupe sur les clientèles professionnelles, commente « les avancées significatives dans la transformation de l’enseigne Real« , forte de 282 implantations (34.000 salariés), et le développement de nouveaux concepts.

Source DVSM

A voir

N’existerait-il pas une certaine France de la flemme…?

D'éminents responsables politiques osent dire des choses qui fâchent...